Gnarls Barkley avance masqué

©2006 20 minutes

— 

Il a un nom imprononçable et le génie du marketing. Gnarls Barkley a longtemps entretenu l'ambiguïté sur sa réelle identité : Un groupe ? Un producteur ? Un chanteur ? La légende est née en avril dernier, lorsque le titre funky et psychédélique Crazy s'est vendu à 31 000 exemplaires, via des sites Internet anglais. Le mystère a été levé un mois plus tard avec la sortie de St. Elsewhere, le premier album pop-gospel de l'histoire, empruntant au meilleur de la ferveur soul.

Derrière Gnarls Barkley se cachent Brian Burton et Thomas DeCarlo Callaway. Le premier, connu sous le pseudo de Danger Mouse, a produit le Grey Album, remixes de titres des Beatles à la sauce hip-hop de Jay-Z, et quelques titres de Gorillaz. Le second, surnommé Cee-Lo, est un rappeur tout en rondeur proche d'Outkast. Quand on demande à ce dernier s'il est bien la voix de Gnarls Barkley, il répond énigmatique : « Oui, mais il ne s'agit pas de la même personne. Je ne suis qu'une humble trompette et le vent de Dieu souffle au travers de moi. Gnarls, c'est la clé d'eau de la trompette. » C'est pourtant bien ce chanteur facétieux à la voix caverneuse et chaleureuse qui se produira au Bataclan, ce soir à Paris, lors d'un concert unique en France.Accompagné d'une douzaine de musiciens, le duo sera sûrement déguisé sur scène. C'est un de leurs petits plaisirs. On les a déjà vus en Dark Vador, en personnages d'Orange mécanique ou en clowns de films d'horreur.

Adeline Lajoinie