David Forrest, le Nothomb d'Apple et Amazon

— 

Sans promo, ni média, ni éditeur, David Forrest est un auteur 2.0.

Combien de titres avez-vous autoédités ?
Pour le moment, un roman, En série - Journal d'un tueur, et trois nouvelles Promise, Petit ange, Nouveau départ. Tous les quatre ont bien se sont bien vendus. En série et Petit ange ont même été en tête des ventes sur différentes plateformes.
Quels sont vos scores de ventes

et en vivez-vous ?
Environ 15 000 exemplaires sur les deux derniers mois pour des plateformes dont je n'ai pas encore les rapports de vente. Mais j'ai aussi un métier. Je ne m'appuie pas sur mes écrits pour vivre.
Vous sentez-vous prisonnier

des règles des plateformes

de commercialisation (Amazon, Google, Apple) ?
Je reste libre de ce que je propose, du prix, etc. Les règles de ces grandes plateformes ne sont au final pas forcément plus dures ou compliquées que pour d'autres structures de plus petite taille. Elles le sont parfois même moins.
Quelles sont les principales difficultés de l'autoédition ?
Il faut être multitâche de A à Z : formatage du livre, illustration de couverture, communication… On ne bénéficie pas du suivi éditorial de l'édition traditionnelle, la correction est moins fine. J'essaie d'être aussi consciencieux et exigeant que possible avec moi-même sur ces points. C'est beaucoup de travail. Mais c'est aussi ce qui donne sa saveur à l'autoédition.
Et l'édition traditionnelle ?
J'ai été contacté par plusieurs maisons. On verra. Je suis surtout curieux de voir comment cela se passera pour mon prochain roman, que je pense autoéditer.
Quels conseils donneriez-vous

à un auteur qui aimerait s'autoéditer ?
De s'attendre à beaucoup de travail

et sûrement à de grandes déconvenues. L'autoédition n'est pas un eldorado.

Si très peu d'auteurs publiés en librairie vivent de leur plume, c'est plus hasardeux encore avec le numérique. L'offre est incomparablement plus large,

plus diluée, et cela va aller en s'accentuant.

Technique

S'éditer, un travail de pur artisan, les mains dans le cambouis ? Plus vraiment. Désormais, il est simple d'accompagner sa création numérique avec des outils ad hoc. Ainsi vient de sortir Bookbaby, un réseau international de distribution pour auteurs indépendants qui sait aussi gérer les statistiques de ventes dans chaque librairie virtuelle (Apple, Amazon, Barnes & Noble, Sony Store, Kobo). Indietracking, sous Windows, est un véritable outil de gestion pro avec graphiques qui épargne aussi à l'auteur de passer un master de comptabilité.