Portrait du Président en quidam officiel

Anne Kerloc'h

— 

La photo a  fuité hier sur les réseaux sociaux.
La photo a fuité hier sur les réseaux sociaux. — LA DOCUMENTATION FRANCAISE - RAY

Quels messages se cachent dans l'image, bientôt affichée dans les mairies ? Réponses d'Elodie Mielczareck, sémiologue, Laurent Gervereau, président de l'Institut des images et Paul Bacot directeur de la revue Mots, les langage du politique.

1 Le président est dans le pré. Hollande, comme Chirac, pose en extérieur. « La verdure est l'acteur majeur du cliché, note Laurent Gervereau. Jamais arbres et pelouse n'ont eu autant de présence et de profondeur de champ. Le Président est sorti de l'Elysée et communie avec la nature. » Pour Elodie Mielczareck, « homme d'extérieur, il montre qu'il n'est pas un bureaucrate, qu'il va au contact ». Pour Paul Bacot, les tons de ciel et d'herbe donnent une impression de tranquillité : « Le fond est surexposé, les couleurs fondues... l'image d'une France apaisée. »
2 Jeu de jambes. Si le Président semble figé du buste, « ses jambes donnent une impression de mouvement, d'action observe Elodie Mielczareck. Du coup, il y a comme un hiatus entre le haut et le bas… » Déjà des contradictions intérieures ?
3 Carrément surprenant. Une innovation, le format carré et non en hauteur. Pour Laurent Gervereau, « Depardon s'est amusé à jouer avec les codes de la photo amateur » . Artiste du quotidien, portraitiste du Français ordinaire, il plante au milieu d'un espace vert un président peu imposant. « Généralement, le personnage occupe les deux tiers de l'image, explique Elodie Mielczareck. Là, il est central, mais avec beaucoup de vide autour. Il a l'air un peu perdu. Cela éloigne du portrait officiel. »
4 Au loin, c'était l'Elysée… Palais en arrière-plan, drapeaux à peine visibles. « Les symboles du pouvoir sont mis à distance ou absents, note Paul Bacot. On est dans la mise en scène d'une normalité présidentielle. » Voire... « on passe du président normal à l'homme normal. Pas évident ! », lance Elodie Mielczareck. Et en contrepied de Nicolas Sarkozy, qui s'affichait solennel dans la bibliothèque, devant des drapeaux à piques pointues.