Guizmo: «J'ai mis la barre haut, et j'assume»

RAP Le rappeur issu du crew L'Entourage sort un deuxième album, «La Banquise»...

Propos recueillis par Benjamin Chapon

— 

Le rappeur français Guizmo
Le rappeur français Guizmo — D.R.

Dans la jungle des tout jeunes rappeurs, biberonnés aux soirées Open Mic [scène ouverte à l'impro], Guizmo est le loup solitaire. Sa meute, le crew L'Entourage d'où a récemment émergé le groupe 1.9.9.5., il l'a délaissée pour hurler à sa guise des textes acides aux rimes contondantes sur La Banquise.

C'est déjà votre deuxième album, à 21 ans...

Mon objectif est de faire un album tous les six mois pendant quatre ans. Je n'ai que 21 ans et je veux faire quelque chose de cette jeunesse, exploiter mes années de fougue.

Vous vous êtes fait connaître par des titres mis sur Internet. Pourquoi ne pas continuer?

J'envoie toujours du gratuit sur Internet pour les fans. Ils ont fait de moi ce que je suis, je leur dois ça. Mes fans, ils ont mon numéro.

Et vos ennemis?

J'ai pas d'ennemis, juste des types avec qui je ne suis pas d'accord. Tu sais, il y a plein d'histoires dans le « peura » [rap], des trucs de cour de récré. C'était déjà ça dans les années 1990.

Et qu'est-ce qui a changé?

Le rap s'est démocratisé, les rappeurs ont des bérets et des chemises, maintenant. Il n'y a plus de code, on peut être qui on est. On a gagné ça.

Et vous avez perdu quoi?

La cause. Les problèmes sociaux sont toujours des thèmes importants, mais ne peuvent plus être rappés de la même manière. Le rap est devenu moins incisif, il faut trouver des formules pour moins choquer.

Vous avez la plume facile?

En dix ou quinze minutes, l'essentiel du texte me vient. Après, c'est comme un puzzle.

Vous n'arrêtez jamais?

J'ai frôlé le pétage de plomb il y a quelques mois. J'ai dû me mettre au calme. Je suis très exigeant avec moi-même. Dès mes débuts, j'ai mis la barre haut, et j'assume.

C'est un peu prétentieux…

Non. Avant, je ne faisais que des rimes multisyllabiques. Je voulais être un virtuose technique, c'était prétentieux. Là, j'ai décidé de me concentrer sur ce que j'ai à dire.