Agnès Varda : son « île », c'est bien elle

©2006 20 minutes

— 

L'écrivain consacre une exposition à nous ouvrir les portes de son île de Noirmoutier, dont « les paysages, les décors et les ciels l'inspirent autant que les situations locales et les personnes qui y vivent ». « L'île et elle » invite à la bonne humeur et à la mélancolie. Souvenir d'une déception avec La Cabane de l'échec dont les murs sont faits de pellicules des Créatures, film qui a fait un flop en 1966. Plaisir de voir arriver les vacanciers avec l'installation Ping-pong, tong et camping, composée de seaux, sacs en plastique, tongs et bouées multicolores. Tristesse face à la perte d'êtres chers. Après un passage devant la tombe fleurie et couverte de coquillages de sa chatte Zgougou, le parcours se clôt sur un travail vidéo autour de veuves de Noirmoutier. Un grand écran projette leur procession sur la plage tandis que quatorze autres diffusent leur témoignage, dont celui d'Agnès Varda. Jeanne Dréan

« L'île et elle », jusqu'en octobre à la Fondation Cartier (Paris 14e).