Ces images inédites déjà vues

Stéphane Leblanc

— 

s'interroge Sébastien Cauchon. Les photographes ou leurs ayants droit sont souvent de bonne foi, mais ils oublient que certaines photos ont déjà été publiées il y a longtemps. Ou ils confondent photos rares et inédites. Les agences de presse aussi détiennent des photos rares, car les journaux leur demandent souvent les mêmes. Mais les vraies photos inédites sont celles qu'on n'a jamais vues. » Beaucoup d'images inconnues, ou de films super 8, proviennent d'amateurs, car Marilyn ne refusait jamais de poser pour ses fans. Parfois, ce sont des enveloppes égarées par des professionnels « qui géraient mal leurs archives ». Une aubaine pour les collectionneurs, qui tombent de temps en temps sur des lots. La plupart ne valent pas grand-chose et on en trouve régulièrement sur eBay à faible coût », note Sébastien Cauchon. D'autres sont de véritables trésors, comme les inédits de Lawrence Schiller. Ce photographe, qui avait 24 ans en 1962, à l'époque où Marilyn accepta d'apparaître nue devant son objectif pour la scène de la piscine dans Something's Got to Give, publie Marilyn and Me (Taschen), un livre d'art en édition limitée, vendu 750 € et dont les clichés feront l'objet d'une exposition à Cannes. A Sébastien Cauchon, qui l'a interviewé pour le hors-série « Marilyn » de Télérama, il a confié « en détenir un millier ». Pourquoi ne les a-t-il jamais publiés ? Il s'est lancé dans le ciné et n'y a plus pensé. « A l'époque, les photos n'avaient pas la même valeur qu'aujourd'hui », rappelle Sébastien Cauchon. Richard Avedon aurait-il pu se douter, en 1957, qu'un de ses clichés de Marilyn se serait arraché 482 500 dollars, l'an dernier chez Christie's à New York ?Elle fait l'affiche du Festival de Cannes 2012. Trois livres riches d'images inédites lui rendent hommage et d'autres photos sont mises en vente à Londres et à Paris. A trois mois du cinquantenaire de sa mort, la plus photogénique des stars fait l'objet d'étranges spéculations sur le caractère inédit des images en circulation. « Les photos inédites, ça existe, mais beaucoup ne le sont pas », précise Sébastien Cauchon. Ce collectionneur, qui a collaboré au livre Marilyn Monroe de A à Z (Tana), détient plus de 3 000 clichés et 300 livres sur son idole. Au premier coup d'œil, il sait « quelle est la photo galvaudée, la photo rare, la photo jamais vue ».

Le célèbre maillot de bain bleu
Dans le livre De Norma Jean à Marilyn (Hugo Image), Susan Bernard retrace comment son père, Bernard of Hollywood, a assisté à la transformation d'une jeune mannequin douée en star de cinéma. « J'ai retrouvé beaucoup de photos non publiées de Marilyn dans les archives de mon père, raconte Susan Bernard à 20 Minutes. Il y avait plein de planches-contacts, de négatifs, de petites notes qui éclairaient sa relation entre lui et Marilyn. J'ai trouvé intéressant de rendre public ce matériel qui n'a jamais été publié auparavant. » Deux des quarante photos présentées comme inédites concernent la séance au Palm Spring Raquet Club en 1949. « C'est grâce à ces photos, où elle est en maillot de bain bleu sur un plongeoir, que Johnny Hyde, son futur agent, l'a repérée », explique Susan Bernard. « Peut-on parler de photos inédites quand les meilleures de la série sont connues ? s'interroge Sébastien Cauchon. Les photographes ou leurs ayants droit sont souvent de bonne foi, mais ils oublient que certaines photos ont déjà été publiées il y a longtemps. Ou ils confondent photos rares et inédites. Les agences de presse aussi détiennent des photos rares, car les journaux leur demandent souvent les mêmes. Mais les vraies photos inédites sont celles qu'on n'a jamais vues. » Beaucoup d'images inconnues, ou de films super 8, proviennent d'amateurs, car Marilyn ne refusait jamais de poser pour ses fans. Parfois, ce sont des enveloppes égarées par des professionnels « qui géraient mal leurs archives ». Une aubaine pour les collectionneurs, qui tombent de temps en temps sur des lots. La plupart ne valent pas grand-chose et on en trouve régulièrement sur eBay à faible coût », note Sébastien Cauchon. D'autres sont de véritables trésors, comme les inédits de Lawrence Schiller. Ce photographe, qui avait 24 ans en 1962, à l'époque où Marilyn accepta d'apparaître nue devant son objectif pour la scène de la piscine dans