Raymond Devos dans le texte

— 

L'humoriste Raymond Devos, mort jeudi à 83 ans, s'était imposé comme l'un des plus subtils manipulateurs de la langue française en inventant un style où images, "malentendus, homonymies et figures de style" se télescopaient pour débusquer l'absurde et faire éclater le rire.
L'humoriste Raymond Devos, mort jeudi à 83 ans, s'était imposé comme l'un des plus subtils manipulateurs de la langue française en inventant un style où images, "malentendus, homonymies et figures de style" se télescopaient pour débusquer l'absurde et faire éclater le rire. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Voici une sélection de sketches de Raymond Devos 

Parler pour ne rien dire

Mesdames et messieurs ... je vous signale tout de suite que je vais parler pour ne rien dire.
Oh! je sais! Vous pensez :
« S'il n'a rien à dire ... il ferait mieux de se taire! »
Evidemment! Mais c´est trop facile! ... C´est trop facile!
Vous voudriez que je fasse comme tout ceux qui n´ont rien à dire et qui le gardent pour eux?
Eh bien, non! Mesdames et messieurs, moi, lorsque je n´ai rien à dire, je veux qu´on le sache!
Je veux en faire profiter les autres!
Et si, vous-mêmes, mesdames et messieurs, vous n´avez rien à dire, eh bien, on en parle, on en discute!
Je ne suis pas ennemi du colloque.
Mais, me direz-vous, si on en parle pour ne rien dire, de quoi allons-nous parler?
Eh bien, de rien! De rien!
Car rien ... ce n´est pas rien
La preuve c´est qu´on peut le soustraire.
Exemple: Rien moins rien = moins que rien!
Si l´on peut trouver moins que rien c´est que rien vaut déjà quelque chose!
On peut acheter quelque chose avec rien!
En le multipliant
Un fois rien ... c´est rien
Deux fois rien ... ce n´est pas beaucoup!
Mais trois fois rien! ... Pour trois fois rien, on peut déjà acheter quelque chose ... et pour pas cher!
Maintenant, si vous multipliez trois fois rien par trois fois rien:
Rien multiplié par rien = rien.
Trois multiplié par trois = neuf.
Cela fait rien de neuf!
Oui ... Ce n´est pas la peine d´en parler!
Bon! Parlons d´autres choses! Parlons de la situation, tenez !
Sans préciser laquelle!
Si vous le permettez, je vais faire brièvement l´historique de la situation, quelle qu´elle soit!
Il y a quelques mois, souvenez-vous la situation pour n´être pas pire que celle d´aujourd´hui n´en était pas meilleure non plus!
Déjà, nous allions vers la catastrophe et nous le savions ...
Nous en étions conscients!
Car il ne faudrait pas croire que les responsables d´hier étaient plus ignorants de la situation que ne le sont ceux d´aujourd´hui !
Oui ! La catastrophe, nous le pensions, était pour demain!
C´est-à-dire qu´en fait elle devait être pour aujourd´hui!
Si mes calculs sont justes!
Or, que voyons-nous aujourd´hui?
Qu´elle est toujours pour demain!
Alors, je vous pose la question, mesdames et messieurs:
Est-ce en remettant toujours au lendemain la catastrophe que nous pourrions faire le jour même que nos l´éviterons? D´ailleurs je vous signale entre parenthèses que si le gouvernement actuel n´est
pas capable d´assurer la catastrophe, il est possible que l´opposition s´en empare!

A tort ou à raison

On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort.
C'est difficile de juger.
Moi, j'ai longtemps donné raison à tout le monde. Jusqu'au jour où je me suis aperçu que la plupart des gens à qui je donnais raison avaient tort !
Donc, j'avais raison !
Par conséquent, j'avait tort !
Tort de donner raison à des gens qui avaient le tort de croire qu'ils avaient raison.
C'est-à-dire que moi qui n'avais pas tort, je n'avais aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu'ils avaient tort !
J'ai raison, non ?
Puisqu'ils avaient tort ! Et sans raison, encore !
Là, j'insiste, parce que ... moi aussi, il arrive que j'aie tort.
Mais quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas. Ce serait reconnaître mes tort !!!
J'ai raison, non ?
Remarquez ... il m'arrive aussi de donner raison à des gens qui ont raison aussi. Mais, là encore, c'est un tort. C'est comme si je donnais tort à des
gens qui ont tort. Il n'y a pas de raison !
En résumé, je crois qu'on a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort !

Les Antipodes

On pourrait en pousser des cris d'alarme, à propos de pas mal de choses!
Parce qu'il s'en passe, des choses, dans le monde! . . . Vous avez vu que les Russes avaient découvert l'antimatière . . .
Vous savez ce que c'est que l'antimatière? . . .
C'est le contraire de la matière.
Oh! ce n'est pas nouveau, je sais! . . .
De tout temps, chaque chose a eu son "anti".
Exemple:
Un muet, c'est un antiparlementaire.
Un athée, c'est un antimoine.
Un croyant, c'est un antiseptique.
Les Arabes du Caire sont antisémites,
et les sémites sont anti-Caire.

Les parcmètres

Les parcmètres, c'est une tricherie!
Vous savez que ça rapporte une fortune aux pouvoirs publics?
Une fortune!
Je le sais parce que mon voisin
s'est fait installer un
petit parcmètre clandestin devant chez lui . . .
Tous les soirs, il va retirer la recette . . .
Il vit bien!
Il s'est même acheté une voiture!
Evidemment, il l'a mise devant
son parcmètre.
Depuis, il ne fait plus un rond.
Mais ça, c'est de sa faute!

Ça n'arrive qu'à moi!

Les gens disent tous la même chose!
Ils disent tous, lorsqu'il leur arrive quelque chose:
« Ça n'arrive qu'à moi! »
De temps en temps, il y en a un à qui il n'arrive
rien, qui ne dit pas comme tout le monde.
Il dit « Ça n'arrive qu'aux autres! »
Parce qu'il a entendu les autres dires:
« Ça n'arrive qu'à moi! »,
il croit que ça n'arrive qu'à eux (aux autres)!
Alors que peut-être, il n'y a qu'à lui que ça arrive
de penser que ça n'arrive qu'aux autres!
Encore que lorsqu'il s'en aperçoit,
il dit comme les autres:
« Ça n'arrive qu'à moi! »
Cela m'est arrivé ... à moi!
Alors, si cela vous arrive ...
je veux dire, si vous faites partie de ceux qui,
comme moi, disent: « Ça n'arrive qu'aux autres! »
posez-leur la question, aux autres!
« Qu'est-ce qui vous arrive? »
Ils vous répondront tous la même chose:
« Nous ne savons pas ce qui nous arrive,
mais ça n'arrive qu'à nous! »
Par contre, si vous faites partie des autres,
de ceux qui disent: « Ça n'arrive qu'à moi! »
posez-vous la question ... à vous:
« Qu'est-ce qui t'arrive? »
Et vous verrez que ce qui vous arrive ...
c'est ce qui arrive aux autres!
C'est ce qui arrive à tout le monde!
Et vous concluerez comme moi,
par cette petite phrase sibylline:
« Ce qui n'arrive qu'aux autres
n'arrive qu'à moi aussi! »
Et vous vous sentirez solidaire!

Sans dessus dessous

Actuellement,
mon immeuble est sens dessus dessous.
Tous les locataires du dessous
voudraient habiter au-dessus!
Tout cela parce que le locataire
qui est au-dessus
est allé raconter par en dessous
que l'air que l'on respirait à l'étage au-dessus
était meilleur que celui que l'on respirait
à l'étage en dessous!
Alors, le locataire qui est en dessous
a tendance à envier celui qui est au-dessus
et à mépriser celui qui est en dessous.
Moi, je suis au-dessus de ça!
Si je méprise celui qui est en dessous,
ce n'est pas parce qu'il est en dessous,
c'est parce qu'il convoite l'appartement
qui est au-dessus, le mien!
Remarquez . . . moi, je lui céderais bien
mon appartement à celui du dessous
à condition d'obtenir celui du dessus!
Mais je ne compte pas trop dessus.
D'abord parce que je n'ai pas de sous!
Ensuite, au-dessus de celui qui est au-dessus,
il n'y a plus d'appartement!
Alors, le locataire du dessous
qui monterait au-dessus
obligerait celui du dessus
à redescendre en dessous.
Or, je sais que celui du dessus n'y tient pas!
D'autant que, comme la femme du dessous
est tombée amoureuse de celui du dessus,
celui du dessus n'a aucun intérêt à ce que
le mari de la femme du dessous
monte au-dessus!
Alors, là-dessus ...
quelqu'un est-il allé raconter à celui du dessous
qu'il avait vu sa femme bras dessus,
bras dessous avec celui du dessus?
Toujours est-il que celui du dessous
l'a su!
Et un jour que la femme du dessous
était allée rejoindre celui du dessus,
comme elle retirait ses dessous ...
et lui, ses dessus ...
soi-disant parce qu'il avait trop chaud en dessous ...
Je l'ai su parce que d'en dessous,
on entend tout ce qui se passe au-dessus ...
Bref! Celui du dessous leur est tombé dessus!
Comme ils étaient tous les deux soûls,
ils se sont tapés dessus!
Finalement, c'est celui du dessous
qui a eu le dessus!

Je me suis fait tout seul

Mesdames et messieurs ... je vous signale tout de suite que je vais parler pour ne rien dire.
Oh! je sais!
Vous pensez:
« S'il n'a rien à dire ... il ferait mieux de se taire! »
Evidemment! Mais c´est trop facile! ... C´est trop facile!
Vous voudriez que je fasse comme tout ceux qui n´ont rien à dire et qui le garde pour eux?
Eh bien, non ! Mesdames et messieurs, moi, lorsque je n´ai rien à dire, je veux qu´on le sache!
Je veux en faire profiter les autres!
Et si, vous-mêmes, mesdames et messieurs, vous n´avez rien à dire, eh bien, on en parle, on en discute!
Je ne suis pas ennemi du colloque.
Mais, me direz-vous, si on en parle pour ne rien dire, de quoi allons-nous parler?
Eh bien, de rien! De rien!
Car rien ... ce n´est pas rien
La preuve c´est qu´on peut le soustraire.
Exemple:
Rien moins rien = moins que rien!
Si l´on peut trouver moins que rien c´est que rien vaut déjà quelque chose!
On peut acheter quelque chose avec rien!
En le multipliant
Un fois rien ... c´est rien
Deux fois rien ... ce n´est pas beaucoup!
Mais trois fois rien! ... Pour trois fois rien, on peut déjà acheter quelque chose! ... et pour pas cher!
Maintenant, si vous multipliez trois fois rien par trois fois rien :
Rien multiplié par rien = rien.
Trois multiplié par trois = neuf.
Cela fait rien de neuf!
Oui ... Ce n´est pas la peine d´en parler!
Bon! Parlons d´autres choses! Parlons de la situation, tenez!
Sans préciser laquelle!
Si vous le permettez, je vais faire brièvement l´historique de la
situation, quelle qu´elle soit!
Il y a quelques mois, souvenez-vous la situation pour n´être pas pire que celle d´aujourd´hui n´en était pas meilleure non plus!
Déjà, nous allions vers la catastrophe nous le savions ...
Nous en étions conscients!
Car il ne faudrait pas croire que les responsables d´hier étaient plus ignorants de la situation que ne le sont ceux d´aujourd´hui!
Oui! La catastrophe, nous le pensions, était pour demain!
C´est-à-dire qu´en fait elle devait être pour aujourd´hui!
Si mes calculs sont justes!
Or, que voyons-nous aujourd´hui?
Qu´elle est toujours pour demain!
Alors, je vous pose la question, mesdames et messieurs:
Est-ce en remettant toujours au lendemain la catastrophe que nous
pourrions faire le jour même que nos l´éviterons? D´ailleurs je,
vous signale entre parenthèses que si le gouvernement actuel n´est
pas capable d´assurer la catastrophe, il est possible que l´opposition s´en empare !

Jésus revient

Je viens de lire sur un mur une chose étonnante.
Quelqu'un avait écrit:
« Jésus revient. »
C'était en toutes lettres:
« Jésus revient. »
Vous vous rendez compte
Jésus!
C'est important!
Jésus!
C'est le ciel!
Et les gens passaient à côté... indifférents:
- Tiens! Jésus revient?
Il y a même qui faisaient des réflexions désobligeantes:
- Eh bien, il a mis du temps!
Et, poutant, si c'était vrais?
Si Jésus revenait?
Ce serait merveilleux!
« Jésus revient. »
Il est là!
Où?
Là!
« Ah! c'est vous? Mon Dieu! »
Je ne vous avais pas reconnu!
Si j'ai entendu parler de vous?...
Pensez!...
Quand j'était petit, on me parlait toujours du petit Jésus.
Le petit Jésus!
Je vous voyais tout petit!
Et tout à coup, je découvre... un grand Seigneur!
- Devinez qui vient dîner ce soir?
Vous me voyez devant la porte de ma demeure,
annonçant la nouvelle à travers le judas?
- Devinez qui vient dîner ce soir?
- Je vous le donne en mille : Jésus!
- Mais non!
- Mais si!
Vous vouyez d'ici la (S)Cène
Il voudrait peut-être mieux ne pas raviver la Passion!