VU mélange les genres : du jamais vu

©2006 20 minutes

— 

"VU, agence de photographes" fête ses 20 ans par une série d'événements --expositions, rencontres et publications-- tout au long de l'année qui consacre cette agence exigeante portant haut le métier de photojournaliste et qui propose "un questionnement pertinent du monde contemporain".
"VU, agence de photographes" fête ses 20 ans par une série d'événements --expositions, rencontres et publications-- tout au long de l'année qui consacre cette agence exigeante portant haut le métier de photojournaliste et qui propose "un questionnement pertinent du monde contemporain". — Georges Spooner AFP/Archives

Vingt ans et toujours debout ! Créée en 1986 dans le sillage du quotidien Libération par Christian Caujolle, l'agence photo VU fête son anniversaire à travers une série d'expositions et de publications. Dans un secteur du photojournalisme fortement concurrencé par la télé, Internet, voire les téléphones portables, cette longévité est en soi un exploit. A la Salpêtrière, l'exposition collective « VU à Paris » se veut le manifeste d'une agence qui a réussi à imposer la notion de photo d'auteur. Résultat d'une commande passée à 18 de ses membres sur le thème d'une vision contemporaine de la capitale, l'expo regroupe autant d'écritures différentes que de participants : surimpressions en noir et blanc du Français Guillaume Zuili, images à la sauvette et au flash de l'Anglais Rip Hopkins, portraits posés en couleurs du Slovaque Martin Kollar, etc. « L'agence a réussi à défendre l'autonomie et le style de chacun d'entre nous », témoigne Pierre-Olivier Deschamps, un ancien de VU.

« Son originalité repose aussi sur le mélange des genres. Christian Caujole pousse souvent les photographes à travailler à contre-pied, par exemple en demandant à Stanley Greene, habitué aux champs de guerre, de participer à ce projet parisien. » Atypique dans son fonctionnement, l'agence l'est également dans ses choix stratégiques. Si VU reflète assez bien l'évolution du marché de la photo, l'orientation plus artistique de ces dernières années est parfois contestée en interne.

M. H.

1986 Création de VU par Christian Caujolle et Zina Rouabah au sein du quotidien Libération. 1989 Luc Choquer, Xavier Lambours et Pascal Dolémieux quittent VU pour fonder l'agence Métis. 1996 Libération cède la majorité du capital au groupe Abvent. 1998 Création de la galerie VU, d'une superficie de 550 m2. 2004 Claudine Doury reçoit le prix Niépce (Goncourt de la photo), récompensant pour la cinquième fois un photographe de VU.