Une présence croissante sur le marché de l'art

©2006 20 minutes

— 

En créant une galerie, en 1998, afin de monter des expositions et vendre des tirages, Christian Caujolle réalisait un vieux rêve. Une ouverture qui reflétait la montée en puissance de l'image fixe sur le marché de l'art. « La création du Salon Paris Photo, il y a une dizaine d'années, a été l'étape décisive », analyse le directeur artistique. « Son succès a contribué à combler le fossé stupide entre le monde de l'art et celui de la photo. »

Parmi la quarantaine de photographes français et étrangers de la galerie figurent des artistes établis (Bernard Faucon, Gabriele Basilico) et de jeunes talents, tels Léa Crespi ou Matthieu Pernot. A l'avenir, la galerie voudrait se développer à l'international, notamment aux Etats-Unis.

M. H.

L'agence et la galerie ne se recoupent pas : certains photographes de l'agence ne sont pas représentés par la galerie VU et vendent donc leurs tirages via d'autres structures. Une confusion gênante pour certains qui s'étonnent que les figures emblématiques, tels Claudine Doury ou Rip Hopkins, soient représentées par d'autres galeristes.