Nouvelle Vague fait « Bande à part »

©2006 20 minutes

— 

Sur Bande à part, son deuxième album, le duo Nouvelle Vague revisite des chansons des années 1980. Et comme sur le disque précédent, le résultat est étonnant, sophistiqué et délicieusement efficace. Heart of Glass (Blondie) se mue en reggae paresseux, Human Fly (The Cramps) devient jazzy ou Fade to Grey (Visage) se métamorphose en déchirante ballade latino.

La recette des deux producteurs français, consistant à tout passer à la sauce bossa, a évolué. « On m'a conseillé de faire un deuxième album radicalement différent du premier, explique Marc Collin, moitié du duo. Puis, quand les labels ont entendu le résultat, ils me sont tombés dessus en me disant : “ Mais Nouvelle Vague, ce n'est pas ça. ” » Ils attendaient de la bossa. Il y en a donc, car Marc Collin, obsédé par ce genre musical, aurait du mal à s'en passer, surtout pour revisiter les morceaux qu'il appréciait, adolescent. « La chanson est toujours mon point de départ. Puis on essaie de nouvelles rythmiques. Enfin, on choisit une chanteuse et ça marche très vite. »

Cette fois, les effectifs ont été réduits : outre Gérald Toto, comparse de Marc Collin, seules trois interprètes, dont la très sensuelle Marina Céleste, se prêtent au jeu des reprises. « Ce sera plus commode en concert. »

Isabelle Chelley

Nouvelle Vague donnera un concert le 14 juin au Bataclan (Paris 11e).