« On n'a pas mis toutes les intrigues dans le scénario »

— 

David Benioff et D. B. Weiss, les créateurs et auteurs américains de la série, racontent leur travail.

Comment évolue la deuxième saison de « Games of Thrones » ?
Elle montre ce qui se passe quand le pouvoir devient vacant et comment les différentes factions, qui essaient de s'en emparer, s'affrontent entre elles.

Est-elle fidèle au livre, un pavé ?
Oui, mais on ne veut surtout pas faire rentrer au forceps toutes les intrigues dans le scénario, pour ne pas avoir de scènes qui durent juste quarante-cinq secondes avec des personnages qu'on prend à peine le temps de connaître.

Vous autocensurez-vous

sur les scènes de sexe et de violence ?
Non. Si elles sont nécessaires à l'histoire, on les montre.

Comment George R. R. Martin, auteur des romans, collabore-t-il avec vous ?
Il était impliqué dès le départ, dès le casting, et il écrit un épisode par saison. Il nous a donné sa vision de l'ensemble de l'histoire et des commentaires sur des détails. Sur les dragons, par exemple, il avait une idée très précise. Ils devaient avoir deux jambes et deux ailes, et non pas quatre jambes. Un style plutôt ptérodactyle donc… Mais on ne veut pas trop le solliciter car il a encore deux gros romans à écrire, dont dépend notre travail.

Pourquoi un casting britannique ?
En lisant les livres, on pense à la guerre des Deux-Roses en Grande-Bretagne. De plus les acteurs britanniques ont une expérience plus grande du théâtre. Et puis on s'est dit qu'avec l'accent de Brooklyn, la série ne fonctionnerait pas !