Antonin Varenne, prix « 20 Minutes »

Caroline Girardon

— 

Antonin Varenne est déjà auréolé de nombreux prix littéraires.
Antonin Varenne est déjà auréolé de nombreux prix littéraires. — Les pictographistes/OPALE

Avril 2008, sur un ring de box, Georges Crozat, dit le Mur, flic de métier, cogneur vieillissant à ses heures, s'apprête à encaisser une pluie de coups. Et scrute son jeune adversaire. Ainsi s'ouvre Le Mur, le Kabyle et le Marin, roman d'Antonin Varenne qui recevra samedi à Lyon, le prix Quais du Polar-20 Minutes. A l'issue du match, le policier se voit proposer des combines douteuses lui permettant de gagner de l'argent facilement. Au chapitre suivant, le lecteur voyage en 1957 et découvre Pascal Verini, jeune bidasse envoyé en Algérie. Le deuxième classe est expédié à la Ferme, où l'on interroge et torture les prisonniers à l'abri des regards. C'est là qu'il croise Rachid, Kabyle engagé au sein du FLN. Le jeune marin refuse de prendre part aux exactions, mais devient malgré lui témoin et complice. Deux époques, deux histoires en parallèle, et trois personnages n'ayant au premier abord rien en commun qui finiront par se rejoindre pour un final haletant.

Une écriture envoûtante
Le Mur, le Kabyle et le Marin est directement inspiré de l'histoire familiale d'Antonin Varenne ou plutôt celle de son père. Quelques mois avant qu'il décède, l'auteur recueille ses confidences sur cette guerre dont il n'avait jamais parlé avent. En ressort un livre bien différent des autres romans sur la la guerre d'Algérie. Une écriture simple, précise et envoûtante, des ambiances sombres et pesantes, Antonin Varenne signe un polar bouleversant.