Satan les habite

— 

Universel, le mythe de Faust inspire les mangakas. C'est manifeste dans « Sanctum-Raqiya » (Glénat, 9 €), sublimement dessiné par Boichi : la petite Luna voit sa famille décimée dans un accident de la route. On la retrouve pourtant, sept ans plus tard, entourée de ceux dont elle devrait être orpheline. Car Luna a bien pactisé avec le diable, qui vient reprendre ce qu'il a donné. Gore mais très sexy, ce premier tome (sur cinq) fascine autant qu'il effraie. C'est également le cas d'Alabaster (Flblb, 20 €), créé en 1970 par Osamu Tezuka « le Dieu vivant du manga », dans lequel un ancien athlète devenu translucide exprime sa rancœur en commettant des crimes abominables. Une autre manière de céder à des démons – les siens, en l'occurrence.O. M.