Remixes nippons sous les cocotiers

©2006 20 minutes

— 

Difficile de garder son sérieux quand on s'appelle Señor Coconut. Ce n'est pas la principale qualité de ce Germano-Chilien qui s'amuse, depuis des années, à remixer les standards pop à la sauce cha-cha-cha.

Uwe Schmidt, alias Atom Heart, Datacide ou Señor Coconut, s'attaque aujourd'hui aux pionniers japonais de la techno-pop, le Yellow Magic Orchestra. Et son nouvel opus, Yellow Fever, est tout sauf une plaisanterie. Chaque titre, chanté par le Vénézuelien Argenis Brito, est un bijou de recherche musicale, mélangeant électro et vrais instruments de latin jazz. Après avoir repris en salsa des classiques de Kraftwerk, Elton John ou Sade, Señor Coconut voulait rendre hommage à ses vrais mentors : « J'ai découvert le Yellow Magic Orchestra en 1986 sur une cassette audio et j'ai eu un choc. C'était tellement plus futuriste et drôle que Depeche Mode et autres artistes de new wave de l'époque. » Une douce folie qu'il a su faire sienne.

Adeline Lajoinie

En concert (gratuit), le 21 juin à Paris.