La lecture dans le vent à Saint-Malo

©2006 20 minutes

— 

Le festival littéraire des Etonnants Voyageurs a clôturé hier à Saint-Malo une 17e édition pléthorique, avec un nouveau rendez-vous consacré à la lecture. Pendant trois jours, François Marthouret, Jacques Bonnaffé, Emmanuelle Devos ou encore François Renucci se sont succédé pour lire et interpréter des textes de poètes et d'écrivains. Devant un public conquis. « La salle, conçue pour 260 chaises, a accueilli près de 300 personnes par séance, explique une hôtesse un peu stressée. Et nous avons refusé du monde ! »

Longtemps boudée, la lecture est devenue « tendance ». La création l'an dernier du Marathon des mots à Toulouse l'a confirmé. « Les lectures publiques excluent tout élitisme, explique le comédien François Marthouret. Elles rassemblent des aficionados et des gens curieux ». « Ici, à Saint-Malo, le public est composé d'experts, appréciant les belles passes », ajoute Jacques Bonnaffé qui, à travers les textes d'écrivains voyageurs choisis par le poète André Velter, a retracé la route de la Soie, raconté l'Inde et Samarcande.

Les lectures constituaient l'activité phare parmi toutes celles proposées aux visiteurs : de nombreux débats et des films sur l'Orient – le grand thème de l'année – un atelier slam, une exposition Hugo Pratt, ou encore les hommages rendus à Jacques Lacarrière et Christophe de Ponfilly. Le soleil et la plage n'ont pas distrait les fidèles. Saint-Malo, l'un des festivals les plus populaires et aussi l'un des plus subventionnés, reste le rendez-vous des habitués, à l'instar de la bande de joyeux – mais plus tout jeunes – copains de Michel Le Bris.

Karine Papillaud

Le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs a été décerné à Olivier Maulin pour En attendant le roi du monde (L'Esprit des Péninsules). Ce très bon premier roman, récompensé par un public de lecteurs âgés de 15 à 20 ans, succède à Verre cassé d'Alain Mabanckou (Seuil), dont on attend le prochain livre en septembre.