La production fait son cinéma

— 

Le métier de producteur est passé au crible à L'industrie du rêve, ce week-end, au Forum des Images (Paris 1er). Avec une invité de marque : Margaret Menegoz, des Films du Losange, qui a produit Noce blanche de Brisseau, ou Le Ruban blanc de Haneke, mais refusé Breaking the Waves de von Trier, « car le scénario n'était pas bon ». Elle s'en est mordu les doigts, mais assume. « Depuis, nous distribuons tous ses films. » Pour cette femme moderne, le « crowdfunding » est « une alternative crédible » et les réseaux sociaux sont « bien plus utiles que l'affichage pour la promo d'un film ». Si son métier, c'est « se mettre d'accord avec un metteur en scène sur le film à tourner », l'objectif reste qu'il rencontre son public. « Le succès est un mystère. Le plus important, c'est la grâce à l'écran, mais il faut tenir compte de l'air du temps et proposer de l'inattendu, car le public veut être surpris. »S.  L.