Les cartouches pour réussir

— 

Si Jérémie Moreau est passé par une école d'animation plutôt que par une formation spécifique à la BD, c'est sans doute parce qu'il n'avait pas visité le pavillon Jeunes talents à Angoulême. Les plus grandes écoles y tiennent un stand pour recruter les Zep de demain. En voici une sélection arbitraire et non-exhaustive des principales formations à la bande dessinée.

Ecole supérieure des Arts St-Luc
Où : Liège, Belgique
Cursus : Trois à cinq ans
Le plus : Régime moules-frites-bière toute l'année
Le moins : Risques d'indigestion dus au régime moules-frites-bière
Infos : www.stluc-sup-tournai.be/blog/

Ecole européenne supérieure

de l'image (EESI)
Où : Angoulême et Poitiers
Cursus : Deux ans
Le plus : On est déjà sur place au moment du Festival international de la bande dessinée
Le moins : Angoulême est glaciale en hiver et déserte en été
Infos : www.eesi.eu/site/index.php
Ecole supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg (ESADS)
Où : Ach ! Strasbourg, on vous dit !
Cursus : Trois à cinq ans
Le plus : Ville de tradition (le marché de Noël, etc.)
Le moins : Risques d'indigestion dus au régime choucroute + gewurztraminer + vin chaud + pain d'épice
Infos : www.esad-stg.org/

L'Iconograf
Où : Paris, Strasbourg
Cursus : Deux à trois ans
Le plus : Option enseignement à distance (Internet, courrier)
Le moins : Et on fait quoi, en cas de coupure d'Internet ou de grève des postes ?
Infos : www.atelierbd.com/

Université de Kyoto Seika
Où : Kyoto, Japon
Cursus : Trois à cinq ans
Le plus : On y apprend à travailler 70 h par semaine
Le moins : Risques d'indigestion dues au régime sushis-saké
Infos : www.kyoto-seika.ac.jp/eng/
Olivier Mimran