«Vers les lueurs», enregistré sous les projecteurs

ROCK En cinq concerts, Dominique A dévoile son neuvième album...

Olivier aballain

— 

Dominique A
Dominique A — I. SIMON / SIPA

Juste ce qu'il faut de bout du monde pour se jeter à l'eau. Salle de l'Archipel, rue des Iles à Fouesnant, Dominique A a lancé ce week-end son neuvième album, promis pour mars. D'ici là, hors le Finistère, Vers les lueurs n'aura illuminé que la Sarthe (hier à Allonnes), et Paris jeudi et vendredi. Pas de studio, la quinzaine de nouveaux titres sera enregistrée sur scène.

Musiciens acoustiques

«La spontanéité, c'est le plus compliqué à réussir ensemble», livre le simple A, en sortant de deux heures trente de live devant cinq cents fans finistériens. Sauf que la spontanéité, c'est de moins en moins simple quand on atteint le « courant dominant » (Mainstream n'est pas le moins réussi des nouveaux morceaux). Ça se transforme en défi avec cinq musiciens de plus, soit neuf au total sur scène à Fouesnant, avec des versions acoustiques «champêtre» (hautbois, flûte…) que l'on attendrait plutôt sur du Rameau.

Le tout fonctionne pourtant. Pas sur tout, mais pour beaucoup. Flûtes et hautbois donnent de l'air quand les arrangements « bidouillés » du précédent album (dixit Dominique A) habitaient en ville. Avis aux amateurs, maintenant, le A vous chantonne dans l'oreille en plein vent.

Il fallait sans doute venir à Fouesnant pour ça (Close West répète un titre balisé par la flûte). En apprenant qu'on cherche l'Archipel, un sexagénaire look local (vareuse, œil du pêcheur) questionne direct : «Vous allez voir Dominique A ?» Mainstream, c'est sûr.

Concerts

Après les deux concerts au Théâtre de la Ville à Paris (complets), il faudra patienter jusqu'au 6 avril (Béthune) pour entendre son nouvel opus. Suivront Nantes (le 12 avril), Cavaillon (le 20 avril) et Rennes (les 2 et 3 juillet).