« J'aime écouter du Dr. Dre en costume Trois pièces »

Anne Kerloc'h

— 

L'animateur Philippe Collin.
L'animateur Philippe Collin. — Eric Garault / www.ericgarault.com

Un culturocktail qui crépite et pétille. C'est tout l'art de Philippe Collin. Après « Panique au Mangin Palace », l'émission « archi-loufouque et total foutraque » sur France Inter, il anime « Downtown » (18 h-19 h) sur la station. Et s'essaie en télé avec ses comparses d'Inter Xavier Mauduit et Frédéric Bonnaud. C'est « Personne ne bouge » à 17 h 45 sur Arte.

Vous posez masqués pour « Personne ne bouge », comme pour le « Mangin Palace » !
On adore l'art du déguisement, du détournement. Au printemps dernier, Mauduit et moi avons eu des propositions télé, mais nous ne voulions surtout pas qu'on nous voit à l'écran. C'est essentiel pour garder de la créativité. La télévision est un média très dur : si on est incarné, en plateau, la marge est serrée. Et puis, on n'a pas envie d'être des stars.
Etre affiché en 4x3 pour France Inter a dû être un calvaire alors…
J'ai cédé mon image pour deux ans, je ne recommencerai pas. Anecdote : j'ai posé à visage découvert puis avec un masque, mais à Radio France, ils n'ont pas voulu du masque !
Vous vouliez arrêter « Panique au Mangin Palace », malgré le succès ?
Je préfère que des personnes regrettent l'émission, plutôt qu'elles disent  : « Arrête, on n'en peut plus » ! La frustration plutôt que l'écœurement.
Des projets ?
Nous avons de jolis contacts sur des propositions de fictions… Cela nous trouble, on verra si on en est capables.
Vous utilisez les images d'archives, perpétuez la tradition de la création radio… Diriez-vous que vous êtes un jeune homme moderne suranné ?
Oh, j'aime bien cette expression, « jeune homme moderne suranné » ! En fait, ce qui me plaît n'est pas le passé, mais le mélange des genres. Traiter de cuisine et enchaîner avec du ciné. Parler de l'actualité avec des mots désuets et des visuels des années 1950. Dans ma vie, c'est pareil, j'aime écouter Dr. Dre en costume trois pièces.