L'art sans dollars

— 

Rendre l'art bon marché en temps de crise est une heureuse initiative. Le Grand Salon d'art abordable, avec ses œuvres d'artistes émergents proposées à partir de 150 €, tient ce week-end sa septième édition, à la Bellevilloise (Paris 20e). Le salon permet surtout aux artistes sans galerie d'exposer. Et la convivialité de ses Art'péritifs lui donne, le soir, une vraie gueule d'atmosphère. « Les gens viennent voir un salon, mais en fait ils passent un bon moment, affirme Eric Fantou, fondateur du salon, qui défend l'idée de l'art « accessible à tous » et « sans délit de sale gueule, car basé sur l'humain ». On ne fera pas la gueule tout court en se faisant prendre en photo dans le You-Cube, dans lequel on s'installe seul ou à plusieurs pour immortaliser sa visite.Amalia Casado