Handke divise les intellectuels

— 

Dans des propos rapportés par Le Monde paru jeudi, Peter Handke, 63 ans, s'est dit "dégoûté" par cette affaire, affirmant n'avoir "jamais eu de position négationniste" face aux crimes du régime Milosevic.
Dans des propos rapportés par Le Monde paru jeudi, Peter Handke, 63 ans, s'est dit "dégoûté" par cette affaire, affirmant n'avoir "jamais eu de position négationniste" face aux crimes du régime Milosevic. — H. Pfarrhofer AFP/Archives

La polémique enfle après la décision de Marcel Bozonnet, administrateur de la Comédie-
Française, de déprogrammer une des pièces de Peter Handke prévue l’an prochain. Son motif ? L’écrivain autrichien, pro-Serbe convaincu, s’est rendu le 18 mars aux obsèques de l’ancien président yougoslave Slobodan Milosevic, accusé avant sa mort de crime contre l’humanité. Peut-on (doit-on ?) séparer l’oeuvre de l’homme? Le débat fait rage. Si certains crient à la censure (Elfried Jelinek, Prix Nobel de littérature, Patrick Modiano ou encore Emir Kusturica), Marcel Bozonnet a reçu de son côté le soutien d’une centaine d’artistes signataires d’un texte d’Olivier Py rendu public mercredi dans Le Monde.

Ch. L.