Un défilé de stars sur les planchesLa rentrée théâtrale débute vraiment cette semaine

Mélanie Carpentier

— 

Gérard Darmon et Dominique Pinon.
Gérard Darmon et Dominique Pinon. — A. GELEBART / 20 MINUTES

C asting roulant au Théâtre Antoine, à Paris, à l'image du défilé attendu dans les prochains jours dans les théâtres privés parisiens. Avant Thierry Fremont et Nicolas Vaude, puis Thierry Lhermitte et Patrick Timsit, qui se prêteront au jeu de la lecture d'Inconnu à cette adresse de Kressman Taylor, en février et mars, Gérard Darmon et Dominique Pinon inauguraient samedi la rentrée théâtrale en se glissant dans la peau de Max Eisenstein, Juif américain et Martin Schulse, Allemand.

Une douloureuse correspondance
Alors que Martin est rentré en Allemagne, les deux amis et associés se lancent dans une longue et bientôt douloureuse correspondance. Dix-neuf lettres rédigées entre 1932 et 1934, qui racontent la montée du nazisme, l'ascension de Hitler, cet homme « qui électrise les foules », du national-socialisme et la persécution des Juifs.
Si Martin croit fermement au renouveau de l'Allemagne, persuadé que « le temps est venu de purger notre sang des éléments impurs », Max, effrayé, l'appelle à la lucidité. Le ton de l'échange est désormais distant, accusateur et la correspondance prend une tout autre tournure.
Alors que Gérard Darmon propose une lecture assez monocorde, Dominique Pinon offre un jeu plus exalté, mais l'intérêt de la représentation tient essentiellement dans ce texte souvent étudié sur les bancs du collège. Un texte qui interroge l'amitié, le courage et le pardon. Un texte qui interroge la notion de bien et de mal.Après Dominique Pinon et Gérard Darmon (lire ci-contre). Michel Galabru sera dès ce soir le boulanger délaissé de La Femme du boulanger de Pagnol, au théâtre Hébertot. Francis Huster jouera dix-huit personnages dans Bronx, adaptation d'un polar de Chazz Palminteri, mercredi aux Bouffes Parisiens. Et jeudi, François Morel entonnera la prose de Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois gentilhomme de Molière, au Théâtre de la Porte Saint-Martin. La semaine prochaine, Isabelle Carré et Samuel Labarthe formeront le duo glamour de la rentrée dans Pensées secrètes, au Théâtre Montparnasse. Catherine Frot tentera d'éclipser le souvenir inoubliable de Madeleine Renaud dans Ô les beaux jours de Beckett à La Madeleine et Clémentine Célarié incarnera Calamity Jane au Théâtre de Paris.Stéphane Leblanc

« La Promesse de l'aube » en reprise

rand prix spécial du théâtre privé aux Molières 2006, Bruno Abraham-Kremer reprend son excellente adaptation de Romain Gary. Russie, Pologne, puis Nice. Le luxe et la pauvreté et le dur apprentissage d'être soi. A partir du 12 janvier au théâtre du Petit Saint-Martin.