Diablox9, voix du geek

Joël métreau

— 

Benoît, alias Diablox9 chez lui, dans l'espace qui lui sert pour enregistrer ses vidéos.
Benoît, alias Diablox9 chez lui, dans l'espace qui lui sert pour enregistrer ses vidéos. — INFOGRAPHIE PITOT NF / PHOTO CLE

Sur YouTube, les vidéos de Diablox9 font plus de 94 millions de vues cumulées. Et pour Benoît (19 ans, le 2 mars) qui est derrière ce pseudo, cette activité représente maintenant un « salaire » : « Je pourrais en vivre. » Cet étudiant en école de commerce préfère qu'on ne donne pas son nom, même s'il figurait dans le portrait que Le Nouvelliste, journal local suisse lui a consacré. La célébrité de Diablox9 est encore plus importante en France. Surtout auprès des jeunes internautes masculins, plutôt ados.Pour attirer 67 000 abonnés sur Twitter, et 217 230 fans sur Facebook, la recette paraît simple : des vidéos commentées de ses parties de jeux vidéo, celles qui ont le plus de succès (« Modern Warfare 3 », le dernier « Zelda »…). Ses deux parents sont journalistes, et c'est son père qui lui a inculqué la passion du jeu vidéo. Et peut-être la diction claire, le débit bien rythmé.

Cinq heures par jour
A 12 ans, il inscrit son pseudo sur le forum de Jeuxvideo.com. « Diablo était déjà pris, alors j'ai ajouté deux touches de clavier au hasard, une en haut, une en bas. » Et il commence à enregistrer avec une petite caméra. « C'est parti d'une envie de faire découvrir un jeu à ceux qui ne peuvent pas se l'acheter ou n'en ont pas envie.» Aujourd'hui, il réalise et monte ses vidéos dans sa chambre, à Monthey, avec un matériel de pointe. « Cela me demande en moyenne de cinq à six heures de travail par jour. » Certains éditeurs de jeux voient en lui un moyen de toucher une jeune cible. Electronic Arts l'a rétribué en échange de quelques vidéos. Benoît revendique toutefois être plus « geek » que « no-life » : il a une copine, sort, a des amis et au moins une poignée d'adresses mails.

un joueur dans son grenier

Le commentaire de jeux vidéo connaît un succès important sur YouTube. Parmi les francophones les plus originaux : « Le joueur du grenier ». Dans ses vidéos, le Français Frédéric Molas exhume de sa ludothèque des vieux titres (« Spirou » sur Megadrive, « Batman et Robin » sur PlayStation…) pour les présenter de manière décalée.