« On veut essayer toutes les salles »

Recueillis par Benjamin chapon

— 

Olivier Coursier et Simon Buret, du duo AaRON, vont faire une pause.
Olivier Coursier et Simon Buret, du duo AaRON, vont faire une pause. — DR

Pour clore une tournée entamée en octobre 2010, le duo AaRON investit samedi et dimanche la Salle Pleyel, à Paris, avec un orchestre de cuivres et un chœur d'enfants.

C'est vraiment la fin de la tournée ?
Simon : On a une ou deux dates ici ou là, puis une mini-tournée en Allemagne. Mais sinon, oui, c'est la fin.
Vous ne jouerez pas cet été ?
Simon : Non, je ne veux pas commencer à tricher et à jouer pour jouer. Je ne veux pas me retrouver comme Bob Dylan engagé dans une tournée sans fin.

Cette seconde tournée était-elle moins forte que la première ?
Olivier : Au contraire. On a pris plus de liberté parce qu'on avait moins de prises de tête. Tout était plus simple mais pas moins intense. On était suffisamment à l'aise pour vivre les choses pleinement.
Vous anticipez déjà

le spleen d'après-tournée ?
Simon : Chaque fin de tournée est une petite mort. Mais à la fois, ça fait du bien de prendre un peu de recul. J'ai déjà des wagons de chansons dans la tête, mais on n'a pas envie de faire ça trop vite.
Olivier : En tournée, la vie s'arrête un petit peu, mais on a essayé de se garder du temps pour mener d'autres projets. Un nouveau studio pour moi, un projet au cinéma pour Simon.

Samedi prochain vous jouerez

à la Salle Pleyel…
Simon : C'est samedi ? Ça passe vite ! Quand on a réservé la salle, il y a huit mois, on ne savait pas ce qu'on allait y faire. On est un peu des petits cons ; on veut essayer toutes les salles mythiques de Paris.
Olivier : On a déjà joué avec un chœur et on voulait renouveler l'expérience avec un son plus ample. Ces concerts seront des créations. On réinterprète complètement nos chansons.