Bienvenue en pays tzigane

©2006 20 minutes

— 

Les Tziganes n'en finissent plus de nous faire danser. Les groupes, les cafés et les concerts tziganes se sont multipliés avec succès ces dix dernières années. Sacha Obradovic, organisateur du festival parisien Voyage en Tziganie, trouve évidentes les raisons de cet engouement : « Les fans ne sont pas obligés d'être des spécialistes. Un des credos de la musique tzigane, c'est d'être sans frontières. Ça élargit le public visé. » Son but n'est donc que le voyage et la fête sans limite. Un objectif cathartique que les Vrai-faux mariages de La Caravane Passe*, chaque fin de mois au Cabaret Sauvage (Paris 20e), illustrent à merveille. Sacha et Mona, couple au-delà du kitsch, s'unissent dans une ambiance où les accents d'Europe de l'Est sont surjoués, la musique furieuse, le volume poussé à fond et le public survolté pendant les quatre bonnes heures du concert. Toma Feterman, leader de ce groupe français, assume cette folie : « Il faut que les gens se lâchent un maximum, qu'un truc se casse dans leur tête. » Une folie introduite en Europe par les films musicaux d'Emir Kusturica et de Tony Gatlif, au début des années 1990. Vadim Toporoff, fondateur du festival, confirme : « Ces films ont apporté un style nouveau, un peu fou, un côté mariage avec des chèvres que les gens recherchaient. Ce qui ne correspond pas forcément au tzigane traditionnel. » Une « occidentalisation » de la musique tzigane que regrette un peu Stéphane Karo, manager du groupe traditionnel Taraf de Haïdouks dont la vie a inspiré le film Gadjo Dilo : « Dans les vrais groupes tziganes, un morceau n'est jamais joué de la même manière, la musique est très peu écrite. Quand les musiciens sortent du conservatoire, ils jouent classique, ce n'est plus la même chose. » Une vision que Sacha ne partage pas. Son festival est espagnol, russe, klezmer et français. « Ce métissage est à la base de la musique tzigane. C'est comme ça qu'elle reste vivante. »

Adeline Lajoinie

* Le 14 mai au Bataclan dans le cadre du festival.