Eric Antoine, l'«humorillusionniste» qui veut déringardiser la magie

PORTRAIT «20 Minutes» a rencontré l'humoriste-illusionniste, qui jongle depuis septembre entre son deuxième spectacle «Mystéric» et les tournages pour la télévision...

Anaëlle Grondin

— 

Eric Antoine, «humorillusionniste».
Eric Antoine, «humorillusionniste». — DR

Eric Antoine est heureux mais «crevé». Heureux parce que son nouveau spectacle «Mystéric», qui mêle prestidigitation et mise en scène hilarante, régale son public, au rendez-vous au Petit Montparnasse à Paris depuis le 23 septembre. Crevé, parce que le gaillard de 2,07m au look de savant fou ébouriffé ne sait plus où donner de la tête entre les sept représentations qu'il donne chaque semaine à Paris, les répétitions, la préparation de son matériel de magie, l'écriture de nouveaux numéros et les tournages d’émissions de fin d’année comme «Incroyable Talent» ou «Vivement Dimanche Prochain», qui l'accueille depuis 2009. Et surtout, l’«humorillusionniste» de 35 ans a un fils de 19 mois et met un point d'honneur à passer toutes ses matinées avec lui. «En ce moment, je suis en mode survie, j'essaye de dormir dès que je peux», confie Eric Antoine. «Mais c'est génial ce qui m'arrive», ajoute-t-il immédiatement avec ce regard rieur auquel il a habitué ses fans depuis «Réalité ou Illusion», son premier spectacle, joué devant plus de 150.000 personnes.

«Je passais des petits fours caviar aux petits fours Lidl»

Pourtant cela ne fait qu'une poignée d'années qu'Eric Antoine est «dans la cour des grands». En dehors des cours de théâtre chez Jacques Lecoq et au Charpentier Art Studio à Paris, où il a rencontré sa femme (son assistant «Bernard», comédienne habillée en noir), sa vie c'était l'événementiel. Il est arrivé dans ce milieu après avoir abandonné les études de médecine puis de psychologie après le bac. «Je faisais de la magie pour des arbres de Noël chez les militaires, des goûters d'anniversaire dans des appartements bourgeois, des numéros dans des centres d'accueil pour enfants en difficulté dans le 95... Je passais des petits fours caviar aux petits fours Lidl. Ca m'a permis de côtoyer toutes les classes sociales, voir leur intimité, j'adore cette période», raconte-t-il à cent à l'heure. «Le lien que je parviens à tisser avec le public aujourd'hui est né de ces rencontres».

Des rencontres autour de l'illusion, donc, univers qu’il a découvert à l'âge de 13 ans. «Je suis tombé sur une boutique de magie dans le Quartier Latin, Mayette, et c'est devenu un hobby». Son premier tour a été «les trois cordes». Puis, le livre de magie est devenu son «livre de chevet». «A l’adolescence, j'ai souffert de décalcification osseuse, j’ai dû me reposer, alors je faisais de la magie», raconte-t-il. Le comique est ensuite venu se marier à l’illusion: «Beaucoup de gens qui n’aiment pas la magie viennent me voir sur scène pour la couleur que je lui donne.»  Ce croisement des genres est sa marque de fabrique, et l’a fait connaître au public pour la première fois en 2006 dans l’émission «La France a un Incroyable Talent» sur M6, avant qu’il ne rejoigne celle de Michel Drucker le dimanche, au départ pour une émission de Noël, puis de manière régulière. De quoi lui donner confiance sur les planches, pour faire «rêver» le public. 

«Pour mon premier spectacle, j’avais tout bricolé moi-même»

«Souvent, pour les gens, la magie c’est ringard. En fait non, ce sont certains magiciens», estime Eric Antoine. Il précise toutefois qu’il fait du «populaire mais de l’intelligent» et prône une certaine qualité d’écriture. Et pour cela, il travaille comme un fou. «Avec ma femme, qui a écrit ‘Mystéric’ à mes côtés, on répète et réécrit sans arrêt les numéros, la mise en scène», explique-t-il. «Cela varie aussi en fonction de ce qui est possible techniquement». Car les décors et accessoires ont été créés pour des numéros dont il a imaginé la mise en scène. «Maintenant on a des décorateurs et costumiers… Pour mon premier spectacle, j’avais tout bricolé moi-même», s’amuse-t-il en y repensant.

Pendant ses numéros, Eric Antoine aime parler des liens qui unissent les gens, de l’amour, de l’amitié, avec toujours le même ton décalé.  Mais pas question d’évoquer des sujets qui fâchent comme la politique, même avec humour et légèreté, à l’instar de deux humoristes qu’il aime beaucoup, Stéphane Guillon et Christophe Alévêque: «On s’en prend plein la gueule dans la vie, alors j’ai envie que mon spectacle soit une fête». La crise, par exemple, lui fait peur: «Je suis inquiet de ce qui va se passer pour mon fils», confie-t-il. Mais cela ne l’empêche pas de voir l’avenir en grand, du moins sur scène: «J’espère un jour être capable d’avoir un show à l’américaine, qui pourrait me donner une sensation de grandeur et de proximité à la fois».


Le deuxième spectacle d’Eric Antoine, «Mystéric», est prolongé jusqu’au 28 janvier au Théâtre du Petit Montparnasse à Paris. L’«humorillusionniste» entamera ensuite une tournée de plusieurs mois dans toute la France, en Belgique, en Suisse, au Québec et à Shanghaï, avant de revenir dans la capitale.

Eric Antoine en dates

23 septembre 1976. Naissance à Enghien-les-Bains (Val-d’Oise)

1989. Premier tour de magie, «les trois cordes»

1994. Obtention du bac ES

Septembre 2001. Rencontre avec Calista, sa femme, qui est avec lui sur scène
Juin 2006. Représentations au Point Virgule à Paris, prémices de son premier spectacle

Septembre 2006. Participation à «Incroyable Talent» (M6)
2008. Début de la tournée pour son premier spectacle «Réalité ou Illusion» 

Décembre 2008. Rencontre avec Michel Drucker