Dubillard, loufoque en bergeriebest of bestiaires

Benjamin Chapon

— 

Du jardin d'Eden à ceux plus terrestres, on croise toutes sortes de bêtes.
Du jardin d'Eden à ceux plus terrestres, on croise toutes sortes de bêtes. — BNF

Dramaturge et écrivain absurdement génial ou génialement absurde, Roland Dubillard s'est éteint mercredi, à Paris, à 88 ans. De Naïves hirondelles aux Diablogues, ses sketchs et pièces de théâtre furent des sommets d'humour tordu, dans la lignée philosophique de Beckett. Parce que le verbe ne l'effrayait pas, même dit, Roland Dubillard fut aussi acteur pour Jean-Pierre Mocky , Jules Dassin et Jacques Bral. Méditation sur la difficulté d'être en bronze, l'un de ses rares essais, paru en 1972, moquait les hagiographies. Il en mérite pourtant une jolie.B.C..Deux très beaux livres consacrés aux animaux dans les enluminures du Moyen Age se partagent les étals de librairie en ce moment : Le Bestiaire médiéval (Citadelles & Mazenod) et Le Bestiaire du Moyen Age (Seuil). Même thème, même présentation (par familles d'animaux, de l'alouette au singe en passant par la licorne) et mêmes sources iconographiques, les deux ouvrages se distinguent dans les détails.

Bestioles en lumière
Pour ce qui est de la facture générale, celui de Citadelles & Mazenod l'emporte haut la main grâce à la qualité de ses images et son format babylonien, qui permet de saisir les détails les plus exquis de ses enluminures. Chaque page tournée correspond à la découverte d'un nouvel univers fantasmagorique, un voyage dans le temps. Mais, à l'image du dragon ou de l'éléphant, ce que ce bestiaire gagne en taille, il le perd en maniabilité. Celui du Seuil est ainsi plus facile à lire. D'ailleurs, le contenu va également plus loin. Les textes de Michel Pastoureau naviguent entre histoire des idées et philosophie des arts. Entre autres considérations sur l'imagination et la pensée au Moyen Age, on apprend qu'à l'époque, les papillons étaient considérés comme des fleurs volantes et l'écureuil comme un être diabolique, paresseux, lubrique… Qui l'eût cru ?