Exclusif: Paris comme vous ne l'avez jamais vu au Pavillon de l'Arsenal

VIDEO En partenariat avec Google, le Pavillon de l'Arsenal a mis au point une maquette numérique de la capitale. 20Minutes vous la fait découvrir en avant-première en exclusivité...

Charlotte Pudlowski
— 
Capture d'écran de la visite au Pavillon de l'Arsenal
Capture d'écran de la visite au Pavillon de l'Arsenal — DR

>> Voir la vidéo sous l’article 

37m2 d’écrans HD disposés sur le sol du Pavillon de l’Arsenal. Autour, quelques ingénieurs de chez Google s’agitent. Sur les écrans (48 assemblés), pilotés par quatre pupitres tactiles, Paris. Le Paris d’aujourd’hui, avec votre maison, votre PMU, vos monuments. Mais aussi le Paris du futur, avec le nouveau projet des Halles, la Philharmonie (projet de Jean Nouvel), le Pentagone à la Française, la Fondation Vuitton dont le bâtiment sera designé par l’architecte Frank Gehry. Ce Paris en numérique est une «première mondiale» répète à l’envi Anne Hidalgo, présidente de l’Arsenal et première Adjointe au Maire de Paris, chargée de l'Urbanisme et de l'Architecture. «C’est un projet unique».

Ce projet, c’est celui d’offrir une maquette numérique de Paris et de moderniser l’image de la ville. L’infrastructure est de JC Decaux, l’un des deux partenaires, mais surtout Google a réalisé l’application à partir de Google Earth. «On navigue dans Paris avec les images que l’on a habituellement sur Google, de la vidéo, mais aussi avec des images de synthèse», précise Anne Hidalgo. «On voit ainsi le Paris qui existera dans cinq ans, dix ans, vingt ans, s’enthousiasme-t-elle. Pour la première fois une ville comme la nôtre numérise son présent et son futur».

Mais à quoi ça sert? «Nous avons toujours voulu avoir «un temps d’avance», c’était notre slogan, rappelle Anne Hidalgo. Cela donne une image moderne de notre ville partout dans le monde, et c’est important quand on voit ce que font des villes comme Shanghaï» - dont l’immense maquette, présentée à l’Exposition Universelle en 2010, avait beaucoup marqué l’adjointe au Maire. «Cela associe l’image de Paris à des projets réalisés avec Google, qui est un symbole fort de modernité, et cela montre que nous sommes un lieu de création, d’invention». L’image de Paris est ainsi d’autant plus modernisée que s’il faut pour l’instant aller à l’Arsenal ou télécharger une application pour voir le Paris du futur, dès janvier prochain toutes les images seront intégrées à la version classique de Google Earth. 

Un outil démocratique

Mais selon Anne Hidalgo, cette maquette a aussi des vertus démocratiques. «J’y vois un outil de pédagogie pour les projets d’aménagement du territoire, pour comprendre comment se décident les évolutions d’une ville». La présidente du Pavillon explique qu’aux réunions sur l’aménagement du territoire, les jeunes actifs sont trop rares: «Manque de temps, c’est compliqué de venir aux réunions le soir, quand on a une vie professionnelle et une vie de famille». Mais un tel projet leur permettra de s’approprier les projets d’aménagement.

Mais le prix de ce nouvel outil démocratique? «Pour la ville ça n’a rien coûté», assure Anne Hidalgo. «La ville accorde une subvention annuelle au Pavillon de l’Arsenal [de plus de deux millions d’euros] et qui n’a pas changé, et les partenaires, Google et JC Decaux sont venus apporter leur énergie». Une somme à titre indicatif? «Oh, moins cher que la maquette envisagée qui n’était pas numérique». Et qui valait 400.000 euros. 

>> Si la vidéo ne démarre pas, cliquez ici...