dEUS, une tournée de tous les diables

— 

Depuis la sortie  de l’album Pocket Revolution
à la rentrée 2005, les rockers belges de dEUS n’ont pas cessé de tourner. Ils s’installent pour deux soirées à Paris. Et quand on dit qu’ils «s’installent », on n’exagère pas, puisque leurs concerts durent deux eures au minimum. Une durée que  le chanteur et
leader du gang,TomBarman, qualifie de « quasi Bruce Springsteenienne », en référence aux lives fleuves de l’artiste américain. Mais le temps file en leur compagnie. Commençant comme une grande messe hantée un peu solennelle, le show peut virer au chaos rock fracassé en un instant.

L’alchimie entreTomBarman et Mauro Pawlowski, ouveau guitariste et héros de la scène rock d'Anvers est palpable. Ensemble ils font monter la tension, titillent les sens,partent dans des délires flamboyants et jouent sans cesse avec les émotions du public.On sent aussi chez dEUS un vrai plaisir de renouer avec le live,délaissé lors d’un break de six ans,pendant lequel Barman s’est consacré à ses projets parallèles. Et pour prouver que la scène belge
bouillonne de créativité, dEus invite ses compatriotes
d’AbsyntheMinded en première partie. Leur rock mélancolique et tourmenté ne devrait pas déplaire aux tympans esthètes des amoureux des divins Barman et Cie.


Isabelle Chelley


Le 25 et 26 avril au Cabaret Sauvage, Paris 19e.