« je suis un puriste modéré du rap »

Benjamin Chapon
— 
Mokobé a pêché un gros poisson ? Non, il a fait un deuxième album.
Mokobé a pêché un gros poisson ? Non, il a fait un deuxième album. — FIFOU

Membre fondateur du trio 113, Mokobé sort son deuxième album solo, Africa For Ever. Le rappeur en a commenté quelques titres pour 20 Minutes.

« Taxi Phone »
« Je voulais faire un titre sur ces lieux populaires où toutes les communautés se retrouvent. » Chanson joyeuse avec Soprano, Taxi Phone parle de la diaspora africaine. « Après un album sur l'Afrique, je voulais en faire un pour l'Afrique. »

« Africa Fiesta »
En ouverture de ce titre festif, Mokobé chante à la Sinatra de manière inattendue. « Je suis un gros insomniaque et je passe mes nuits sur le net. La vidéo de Frank Sinatra "Fly Me to the Moon", je l'ai vue au moins 400 fois. »

« Boumbadeing »
Dans cet egotrip très hip-hop, Mokobé cite le Wu-Tang Clan, groupe US mythique, sur des sons vintage. « Je suis nostalgique de l'époque mais je veux faire une musique actuelle. Je suis un puriste modéré, j'aime les mélanges. Cet album est plus hip-hop que Mon Afrique, c'est un retour aux sources de ma jeunesse. »

« Africa For Ever »
« C'est une déclaration d'amour et d'espoir au continent africain. » Dans cette chanson, Mokobé mêle chœurs et sons africains. « Je bosse avec des compositeurs de tous horizons pour avoir des instrus variées. Je les harcèle à 4 h du mat'quand j'ai une idée ! »

« 50 CFA »
« Ce type, il existe vraiment. C'est un faux gangster qui se prend pour 50 Cent alors que c'est un blédard. J'aime bien mettre de l'humour dans mes albums. »

« Mamadou et Fatou »
« C'est une histoire d'amour impossible à la Roméo et Juliette. J'espère que Disney va l'adapter en dessin animé. »

« Ça passe tout seul »
Sur ce titre rap qui casse les clichés sur les Africains, Mokobé dévoile un flow surprenant. « J'ai travaillé comme un dingue pour ce titre qui me tient à cœur. Je voulais être fier de moi et je le suis. »