Prix Constantin: Selah Sue, révélation francophone 2011

MUSIQUE L'artiste flamande s'est imposée, lundi soir à l'Olympia...

Benjamin Chapon

— 

La chanteuse Selah Sue le 11 septembre 2011 à Paris.
La chanteuse Selah Sue le 11 septembre 2011 à Paris. — CHAUVEAU/SIPA

Il convient de dire que les dix sélectionnés sont tous gagnants puisqu’ils ont bénéficié de l’immense honneur de figurer en «finale» du prix «révélation» le plus prestigieux de France. Mais hier soir à l’Olympia, il y en a eu une qui fut un peu plus gagnante que les autres: Selah Sue.

Vive les Flandres, vive la France

Avec sa soul mâtinée de ragga, de funk ou de rock, la jeune Flamande (22 ans) a écoulé près d’un million d’exemplaires de son premier album, qui porte son nom. Jeune fille moderne, Selah Sue mêle les influences de pays qu’elle n’a jamais visités et d’époques qu’elle n’a pas connues, de la soul glorieuse des années 1950 au funk dingo des années 1980.

 

 

Mais au-delà de ce triomphe, le grand mérite de la soirée aura été de dévoiler l’éblouissante qualité de la scène française. N’en déplaise aux grincheux, la belle chanson est au meilleur en 2011. Avec le lyrisme suranné de L, les mots sombres de Bertrand Belin ou la pétillance du duo Brigitte.

 

Alex Beaupain en français ou Cascadeur en anglais sont quant à eux la preuve que les Français savent renouveler les meilleures leçons de la pop. Selah Sue d’un côté, Sly Johnson de l’autre démontrent qu’il n’est pas besoin d’être nés de l’autre côté de l’Atlantique pour savoir chanter la soul. En somme, le prix Constantin est une ode au protectionnisme musical.

L, notre Constantine

Etrangement en phase avec le prix Constantin, 20 Minutes avait soutenu 80% des finalistes dans ses colonnes. Mais s’il n’avait fallu en choisir qu’un, pour nous, ç’aurait été une. L, avec ses chansons réalistes et poétiques, est notre révélation 2011.