Y a-t-il un flic dans la salle ?

©2006 20 minutes

— 

Le Festival du film policier de Cognac s'est ouvert jeudi soir par une farce : OSS 117, avec Jean Dujardin. Un polar ? Même pas un film d'espionnage, tout juste une comédie. Bref, une farce. Comme d'autres films où il fallait bien chercher l'épithète « noir » pour comprendre pourquoi ils figuraient en compétition. Heureusement, quelques vrais bons polars ont étanché malgré tout la soif de justice des spectateurs : notamment Princess Aurora, du Coréen Pang Eun-Jin, film de vengeance constamment surprenant, ou Inside Man, de Spike Lee, l'histoire d'un braquage réussi. Le Grand Prix a été décerné hier soir à Silentium de l'autrichien Wolfgang Murnberg, film aux accents parodiques qui égratigne la haute-société et l'église autrichienne. Mais le suspense et les rebondissements n'ont pas manqué dans les rues de Cognac également : car si François Berléand et Niels Arestrup n'ont rien fait pour échapper à leurs fans en quête d'autographes, les actrices Sara Forestier et Clémence Poésy ont dû faire preuve de ruses pour déjouer la filature de producteurs rubiconds, sous les yeux amusés de la romancière Mazarine Pingeot et de la journaliste Tania de Montaigne, qui discutaient droits de l'enfant avec un comédien déchu d'AB Productions...

Envoyée spéciale à Cognac, Déborah Malet

Cette édition du Festival du film policier serait la dernière organisée à Cognac. Il y a deux ans déjà, un déménagement était pressenti à Bordeaux. Aujourd'hui, on parle de Nice pour accueillir la 25e édition, l'an prochain.