Claire Denamur,cow-boy du côté obscur

Benjamin Chapon

— 

La nouvelle Claire Denamur.
La nouvelle Claire Denamur. — Jan Welters

Elle avait déjà sorti un album en 2009, mais il convient de refaire les présentations. En deux ans, Claire Denamur a totalement changé de registre. Si son sympathique premier opus n'avait pas « trouvé son public », comme on dit pudiquement d'un four commercial, le second, Vagabonde, est l'un des plus beaux albums chanson de la rentrée.

A dos de cheval
La jeune chanteuse est allée puiser dans la tradition musicale qui a bercé son adolescence d'expatriée : l'americana, folklore de l'Amérique profonde. « Il y a un an et demi, j'ai eu un changement de contrat et j'ai dû me présenter devant mes nouveaux “patrons”, raconte Claire Denamur. J'étais paumée artistiquement, mais je ne pouvais pas arriver en leur disant : “Bonjour, je m'appelle Claire Denamur et je ne sais pas ce que je fais comme musique.” Alors je leur ai dit : “Je veux faire de la musique américaine.” Je ne sais pas pourquoi… » Tout est devenu évident avec la bouleversante « Rien de moi » : « Cette chanson se prêtait à un rythme à dos de cheval. » Claire Denamur était alors dans une période d'introspection. « J'y ai pris goût… J'ai un vécu très noir et j'aime me complaire dans la mélancolie, broyer du noir. Parce que je sais qu'il y a toujours un après plus radieux. Je fonctionne comme ça. »
Ses chansons, parfois violemment sombres, elle les chante avec la divine nonchalance des femmes qui en ont vu d'autres. « Je voulais chanter sans les fioritures habituelles de la tradition française. Je n'ai jamais voulu travailler ma voix non plus, parce que mon timbre est né de l'usure, de la fatigue et des cigarettes. » Plus trouble, la nouvelle Claire est infiniment plus intéressante.

masculine

Peut-être pour trancher avec l'image de jeune fille fraîchede son premier album, Claire Denamur a opté, sur la pochette de Vagabonde, pour un look masculin qu'elle emportera sur scène. « Je sens que j'ai muté vers un genre androgyne. »