Festival Quais du polar : Rivages, 20 ans fondus au Noir

©2006 20 minutes

— 

Donald Westlake bien sûr, mais aussi le Sud-Africain Deon Meyer, l'Italien Massimo Carlotto, le Norvégien Jo Nesbo, ou les Français Tonino Benacquista, Pascal Dessaint, Jean-Hugues Oppel... Des gros calibres du polar étaient présents ce week-end, dans la cité des Gaules.

A l'occasion de la deuxième édition des Quais du polar, tous sont venus fêter et arroser les 20 ans de la désormais mythique collection Rivages Noir, en présence de son fondateur François Guérif.

Tables rondes, dédicaces : autant d'occasions de disséquer le genre. « Comme disait Robin Cook, le polar c'est présenter la mort aux vivants », a confié Benacquista. « Le polar aide à comprendre le monde car il se coltine le réel », a ajouté le Toulousain Dessaint. Le géant Westlake, désarmant de simplicité et de gentillesse, a mis tout le monde d'accord en expliquant que l'essentiel était de « trouver la porte qui ouvre sur l'histoire ». Le public a répondu présent, surtout samedi, confirmant que le noir est un genre de plus en plus porteur – actuellement, un roman vendu sur cinq est un polar. Côté récompense, c'est le nordiste Franck Thilliez qui a raflé le prix des lecteurs Quais du polar avec son roman La Chambre des morts (éd. Le Passage), bonne surprise de l'année 2005.

B. B.