Goncourt contre Goncourt

Karine Papillaud

— 

C'est la première fois que des jurés lycéens rencontrent les vrais académiciens.
C'est la première fois que des jurés lycéens rencontrent les vrais académiciens. — B. CALLENS

Après vingt-trois ans d'existence, le prix Goncourt des lycéens, créé par la Fnac en 1988, connaît sa consécration : six lycéens ont rencontré mardi leurs « homologues » de l'Académie Goncourt dans leur quartier général du restaurant le Drouant. C'est la première fois depuis la création du prix en 1901 que l'institution accepte des visiteurs. « Maintenant vous pouvez voir quelle gueule ils ont, ces académiciens Goncourt ! », a joyeusement déclaré Edmonde Charles-Roux, la présidente du prix. Ils étaient donc six à se glisser autour de la table où les huit académiciens venaient de désigner les quinze livres de la première liste du prix. A partir de cette liste seront élus les lauréats de deux des prix littéraires les plus prescripteurs, le Goncourt le 2 novembre et le Goncourt des lycéens le 7 novembre.

Volontaires désignés
Enlevées par leurs professeurs de français le jour de la rentrée, Malolo et Mégane, en première L à Sarcelles, Héléna et Flore en seconde à Paris, sont sonnées par ce qui leur arrive et n'ont rien suivi de la rentrée littéraire. « On n'image pas à quel point cette expérience de juré peut être forte », se souvient Clara. « C'est un atout pour le bac de français et les professeurs des autres matières allègent les devoirs », souligne Jules. Anciens jurés, tous deux sont venus encourager les nouvelles qui, comme les cinquante classes participantes, auront à peine huit semaines pour départager quinze livres. Papivores, à vous !

Il a tout d'un grand

Mathias Enard pour Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants (Actes Sud), l'année dernière, Jean-Michel Guénassia en 2009 pour Le Club des incorrigibles optimistes (Albin Michel), ou encore Sylvie Germain, Andreï Makine, Laurent Gaudé, Ahmadou Kourouma, Philippe Grimbert : ils sont tous parmi les lauréats du Goncourt des lycéens.