le roi lionva dévorerles festivaliers

à Deauville, caroline Vié

— 

« Musique, drame familial, humour et animaux craquants », les ingrédients sont réunis.
« Musique, drame familial, humour et animaux craquants », les ingrédients sont réunis. — DISNEY

Dimanche 11 septembre, Deauville offre aux festivaliers une séance spéciale en 3D du Roi Lion. Ce sera une occasion exceptionnelle de découvrir sur grand écran ce classique Disney qui cartonne en DVD et Blu-Ray depuis sa ressortie le 24 août dernier.

Des héros indémodables
Rob Minkoff, le réalisateur du film, n'en revient toujours pas de voir que Simba, le bébé félin héritier du royaume de son père assassiné, n'a pas pris une ride. « C'est sans doute parce que notre histoire prenait ses racines dans les tragédies shakespeariennes qu'elle est indémodable », explique-t-il. Le réalisateur avait pimenté son petit Shakespeare illustré de mélodies signées Elton John, comme l'inoubliable Hakuna Matata : « Le film retrouve les ingrédients des œuvres que Walt Disney aimait : comédie musicale, drame familial, humour bon enfant et animaux craquants auxquels petits et grands peuvent s'identifier. »
Enthousiaste sur la mise en valeur de l'image et du son sur cette nouvelle copie, le réalisateur semble plus dubitatif sur la 3D. « Bien sûr, c'est spectaculaire, mais les héros et leurs aventures comptent davantage que les prouesses techniques. » Tony Bancroft, créateur de l'adorable phacochère Pumba, est plus enthousiaste. « Voir que mon personnage a pris du relief seize ans après sa création est extrêmement gratifiant. Je le redécouvre comme un vieil ami ayant un peu changé après une longue absence. » Ce qui surprend le plus Mark Henn, créateur du jeune Simba, c'est que des thèmes aussi adultes que la mort d'un parent et la quête des ses racines n'aient pas effrayé le studio à l'époque. « Le décès du père de Simba ne passerait plus maintenant car on aurait peur de traumatiser les bambins, ou pire, leurs parents », dit-il. Or si Le Roi Lion n'a pas vieilli, c'est que les émotions qu'il fait ressentir sont éternelles. »