Culture

Concert : Saint Barth du bidouillage

Il s'appelle Barth, avec un “B” comme “bricolo”. Under the Trampoline, deuxième album de ce Français farfelu, a des allures de bric-à-brac pittoresque. Avec son goût pour les vieux synthés et les instruments recyclés, les influences rétro, les collag...

Il s'appelle Barth, avec un “B” comme “bricolo”. Under the Trampoline, deuxième album de ce Français farfelu, a des allures de bric-à-brac pittoresque. Avec son goût pour les vieux synthés et les instruments recyclés, les influences rétro, les collages et les incursions dans l'easy listening, Barth pourrait être le cousin parisien de Beck. Impossible de s'ennuyer avec ce zappeur qui passe d'un titre sous influence Beatles à un délire psychédélique ou un dub sophistiqué souligné de cuivres. Et lorsqu'on croit avoir fait le tour de ses délires, on s'aperçoit qu'il cache sous les bidouillages un fond de mélancolie inattendu. I. Ch.

Le 7 avril à la Scène (Paris 11e).