Le jazz en bleu voit la vie en rose

©2006 20 minutes

— 

Qu'ils soient petits comme les Français de Label Bleu ou grands comme les Américains de Blue Note, tous ont pour ambition de dépoussiérer le jazz. Le festival Musiques de jazz et d'ailleurs, qui a participé à la création de Label Bleu, s'y attelle depuis vingt-cinq ans et se lance une nouvelle fois le défi à partir de ce soir. Comment ? En programmant des artistes comme Bumcello ou les Taraf de Haidouks cette année, qui témoignent de leur passion pour le genre tout en dynamitant sa grammaire musicale.

Blue Note, qui a assis son statut de label mythique en signant, depuis sa création en 1939, des stars comme Miles Davis, John Coltrane ou Norah Jones, recherche tout autant la nouveauté. Le festival Bose Blue Note, fort de ses 10 000 spectateurs en 2005, débute jeudi à Paris sa troisième édition avec la prestation du jeune soul man Raul Midon*, avant d'offrir, plus tard, une carte blanche au rappeur Oxmo Puccino. Jonathan Miltat, directeur artistique du festival, ne regrette pas l'absence des grandes stars du label : « Ils coûtent trop cher à faire venir en dehors des tournées. Mais nous opérons un mouvement d'ouverture vers d'autres genres, comme la soul ou les musiques du monde, alors ce n'est pas gênant. » Pierre Walfisz, directeur de Label Bleu, confirme cette volonté de se délester du poids des mythes : « Comme Blue Note, nous participons à la lutte pour la survie de notre musique, qui passe forcément par le renouvellement. Les bacs à jazz sont pleins de chanteurs morts. »

Jonathan Miltat renchérit : « Kind of Blue, enregistré par Miles Davis en 1959, est chaque année l'album le plus vendu. » Face à l'indépendance musicale des nouveaux jazzmen, Pierre Walfisz a de quoi être confiant : « La génération des Magic Malik, Vincent Segal ou Julien Loureau a eu la chance de pouvoir écouter tout ce qu'elle voulait dans sa prime jeunesse, du funk de Louisiane à la rumba congolaise. Leur créativité n'a pas de frontière de temps ni de lieu. »

Adeline Lajoinie et Benjamin Chapon

* Au New Morning le 30 mars.