«Des samples très présents dans le rap»

©2006 20 minutes

— 

Vous donnez un concert pour le Blue Note Festival, le 7 avril au Bataclan ? Pourquoi participer à ce festival ?

Je suis frustré par les samplers, j'ai envie de travailler avec de vrais musiciens. Alors quand Blue Note m'a proposé de jouer du jazz en live, j'ai sauté sur l'occasion. J'ai écrit des petites histoires que je vais rapper sur de la musique de cabaret.

Quel rapport entre le rap et le jazz ?

Le rap, c'est le jazz d'aujourd'hui, la musique en moins. Dans le hip-hop, tout le côté expressif est dans les textes. Les samples de jazz sont omniprésents dans le rap depuis l'album de Gangstarr en 1988.

Etes-vous un fan de jazz ?

Oui, mais pas comme un spécialiste ou un puriste. J'ai découvert le jazz sur des compilations de supermarché. J'adore Billie Holiday ou John Coltrane. J'ai plus de mal avec Thelonious Monk.

Recueilli par A. L.