«Capucin», une BD sur la bonne pente

©2006 20 minutes

— 

Aventure et grands sentiments sont au menu d'un formidable premier album signé Florence Dupré La Tour. « Capucin » (éditions Gallimard), dont le tome 1 est titré La Mauvaise pente, est une merveille d'humour baroque, dont l'action se situe au Moyen Age et qui conjugue dessin psychédélique et dialogues grandiloquents. C'est aussi le nom de son héros, un blondinet de haute naissance. Lorsque sa famille se trouve subitement plongée dans la misère, le gamin fuit sur le dos de Rostremond, un imposant cheval bleu qui joue les bonnes consciences. Débute alors une suite d'événements défavorables qui plongent l'infortuné dans les pires turpitudes. Judicieusement sous-titré La Mauvaise Pente, ce premier tome décrit la descente aux enfers d'un héros jusqu'alors surprotégé. Malgré un emballage scintillant, « Capucin » fait la description de l'innocence de l'enfance mise à mal par la cruauté des adultes. Il y a quelque chose d'implacable dans ce destin brisé, une fatalité qui prend aux tripes et dont on ressort bouleversé... Mais comme l'action et l'esprit dominent, on lira cette BD avec la même délectation à 7 ou à 77 ans. Avant de se tourner vers la seconde BD de Florence Dupré La Tour, Forever ma soeur (éditions Michel Lagarde), qui sort concomitamment au quasi-chef d'oeuvre ici chroniqué.

Olivier Mimran