Birkin, reine sans royaume mais avec admirateurs

©2006 20 minutes

— 

Comme Serge Gainsbourg, Jane Birkin fait figure d'icône pour les jeunes artistes. Il y a deux ans déjà, Feist ou Brian Molko se battaient pour apparaître sur son disque de duos, Rendez-vous. Et pour Fictions, son nouvel album franco-anglais, Birkin a travaillé avec des pointures de la chanson pop : Beth Gibbons, Magic Numbers, Dominique A, Neil Hannon ou Rufus Wainwright. « Que je sois en France ou en Angleterre, je reste étrangère. Le seul endroit où je ne le suis pas, c'est l'enfance. »

L'enfance, sujet phare de la reprise de Tom Waits, Alice. « Je sais qu'à ma mort on mettra Je t'aime moi non plus, mais je serais contente si on pouvait glisser Alice », avoue la chanteuse. Avec une voix légère et pénétrante comme sur la ballade féerique signée Arthur H. « Sa chanson est terriblement poétique car il me décrit comme une Cendrillon. » Pourtant Birkin a sa cour d'admirateurs. Car le mythe est en marche. « J'espère pas trop car je suis terriblement ordinaire ! Ça fait peur d'être figée dans une époque, mais grâce à tous ces jeunes je m'en sors. ».

Ingrid Pohu