Mort de Peter Falk: De Cassavetes à Columbo

CULTURE Le grand public le connaît surtout pour le rôle de l'inspecteur Columbo, mais l'acteur, décédé jeudi, avait joué dans de nombreux films...

P.B.

— 

Photomontage de l'acteur Peter Falk, de 1971 à 2001.
Photomontage de l'acteur Peter Falk, de 1971 à 2001. — DR

Un imper, un cigare et un chien: Peter Falk était Columbo. L'acteur, décédé jeudi, aura marqué l'histoire du petit écran avec ce personnage culte. Sous ses airs de ne pas y toucher, l'inspecteur finissait toujours par coincer le meurtrier. Ce dernier était toujours connu du public: on s'éloigne ici du mécanisme «whodunit» («qui est le coupable») pour le «howcatchem» («comment est-il attrapé»). L'inspecteur, resté célèbre pour son «quand j'vais dire ça à ma femme» terminait en VO par un «just one more thing» («juste une dernière chose») avant de coincer sa proie.

Ci-dessous, on voit une interview mythique de Peter Falk par un Bernard Rapp habillé en Columbo, lors du festival de Cannes (images INA).

 

Peter Falk démarre au théâtre –un simple hobby au départ– mais a du mal à ouvrir les portes d'Hollywood, en partie à cause de son œil de verre, qu'il possède depuis ses trois ans, suite à un cancer. Selon la légende, un patron des studios Columbia lui aurait lancé: «Pour le même prix, je peux avoir un acteur avec deux yeux». Il finit néanmoins par se faire une place et décroche deux nominations aux Oscars dans la catégorie «meilleur second rôle» en 1960 (pour Murder Inc) et en 1961 (pour Poketful of Miracles, le dernier film de Frank Capra).

Entre deux saisons de Columbo, il tourne pour son ami John Cassavetes dans Hubsands et surtout A woman under the influence, ci-dessous.

Plus récemment, dans Made, en 2001, il incarne un mafioso qui embauche deux boxeurs losers (Jon Favreau et Vince Vaughn).

 

 Et pour la route –et pour les les anglophones– voici le «roast» de Peter Falk, qui habille Dean Martin pour l'hiver en 1977, sous les applaudissements de Ronald Reagan.