L'irrésistible beat de Seun KutiLe délire endiabléde l'ONBLe métissage popde Fool's GoldLe mix décapantde Balkan Beat Box

— 

DR

Plus jeune des fils Kuti, Seun

est souvent considéré comme le gardien du temple musical construit par son père. A la mort de Fela, créateur de l'afrobeat, en 1997,

c'est lui qui reprend les rênes

de son mythique groupe Egypt 80.
A seulement 14 ans, il en devient

le chanteur principal puis

le saxophoniste, instrument qu'il pratique depuis l'âge de 8 ans. Une vraie bouffée de chaleur en provenance directe du Nigeria.Voici plus de quinze ans que l'Orchestre national de Barbès sillonne les routes de France

et du monde entier pour faire

connaître sa musique. Très

influencé par la culture maghrébine, le groupe met notamment

à l'honneur la musique gnaoua

et chaabi. Pour habiller le tout, les musiciens injectent influences salsa, reggae ou jazz. Une nouvelle preuve du dynamisme de Solidays concernant la musique africaine.Bien plus authentique que Vampire Weekend, Fool's Gold creuse pourtant la même veine : métisser pop et musique africaine. A l'image de son tube « Surprise Hotel », les compositions du groupe vont piocher leur inspiration et leur sonorité au Congo, au Mali et en Ethiopie. Son second album, Leave No Trace, sortant en août, on pourra donc écouter dimanche ses toutes nouvelles chansons dans une formation désormais plus resserrée.Quand un ancien membre des déjantés Gogol Bordello s'associe avec un autre Israélien vivant

aussi à New York, on obtient une musique décapante. Puisant son inspiration dans la tradition

klezmer, méditerranéenne ou encore balkanique, le groupe n'hésite pas à y ajouter des touches électronique, et hip-hop pour mieux faire exploser le résultat.

La formation à voir absolument

sur scène.