un festival électro bien corsé

cédric couvez

— 

DATA à la Via Notte, Greg Kozo et Missill en ping-pong sur la plage, Porto-Vecchio a lancé sa saison en rythme.
DATA à la Via Notte, Greg Kozo et Missill en ping-pong sur la plage, Porto-Vecchio a lancé sa saison en rythme. — Sabine / La Chaise

Et si la Corse devenait le nouvel eldorado du fêtard branché ? Loin du bling-bling de Saint-Tropez ou du clubbing de masse d'Ibiza, l'île de Beauté s'impose comme le spot le plus frais du moment. Si l'on commence à bien connaître Calvi On The Rocks, le sud de la Corse a désormais aussi son raout de musique électronique : le Porto- Vecchio Festival. Une manifestation en deux parties, l'une début juin pour lancer la saison, l'autre du 2 au 4 septembre pour la closing, produite par le collectif parisien Elegangz. Armé d'un gros tube de crème solaire, nous sommes partis mener l'enquête, le week-end dernier.

Jour 1 : le chaos
Ambiance colonie de vacances dans l'avion qui mène une vingtaine de Parisiens à Porto-Vecchio, jeudi en fin d'après-midi. Arrivée sur la place principale de la ville, c'est pourtant la soupe à la grimace chez les organisateurs : « On a eu une journée terrible. Cinq coupures d'électricité sur la plage, des petites galères de partout et un deuil qui fait capoter la soirée. La mairie nous a demandé d'annuler ce soir par respect… » confie, un poil fatigué, Adrien Moisson, l'organisateur. Une crêpe et au lit. Et tout le monde d'espérer que ça ira mieux le lendemain.

Jour 2 : l'éclaircie
Après l'orage, le beau temps. Rien de tel que de prendre son petit déjeuner autour d'une piscine sous un soleil de plomb pour faire connaissance avec les festivaliers. On découvre Guillaume Atlan, fondateur du combo néodisco The Supermen Lovers, qui a cartonné dans le monde entier avec son tube « Starlight ». « Ce titre m'a permis de me payer un appart à Neuilly ! Maintenant, je produis plein d'autres projets, un peu plus indés. » L'aprèm à la plage est placée sous le signe du rosé. La nuit tombée, direction le Patio, spot en plein air où se produit The Supermen Lovers en live et la DJette Missill, véritable centrale nucléaire à beats qui fait trembler la sono du bar à grands coups de basses diaboliques. A 1 heure du matin, on s'arrache pour économiser nos forces.
Jour 3 : l'envolée
14 h 30, Teki Latex et sa bande de Sound Pellegrino débarquent à Santa Giulia et retournent la plage en enchaînant des phases Dirty South à des passages de pure techno minimale. Manque de bol, une bagarre entre des locaux un peu chauds et un membre de l'équipe de Teki éclate. Plus de peur que de mal, tout le crew est présent le soir même à la Via Notte, le plus grand club en plein air d'Europe pour assurer le warm-up. Après eux, c'est le très talentueux DATA qui s'empare des manettes du complexe. Plus de 2 000 personnes s'agitent ensuite sur le set de Make The Girl Dance, duo de bourineurs déconneurs au buzz international.

Jour 4 : l'épilogue
Festival pluvieux, festival heureux. Si la météo fait des siennes, le cœur des fêtards y est ! Seule petite frayeur, lorsqu'un des vans d'un des organisateurs disparaît momentanément. Une blague d'un de ses confrères… Certain que la plaisanterie ne marchera plus aussi bien en septembre.