Invader, une invasion d'aliens à pied d'oeuvre

EXPOSITION De la rue aux galeries, le street artist expose ses mosaïques de pixels...

Stéphane Leblanc
— 
L'artiste a posé son millième alien parisien à la Générale, dans le 11e.
L'artiste a posé son millième alien parisien à la Générale, dans le 11e. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Ils sont parfois venus de loin pour découvrir les dernières œuvres d'Invader, le street artist qui transforme les pixels des jeux vidéo vintage en mosaïques urbaines. «Ah! la 996 et la 997, je ne les connaissais pas…» Nicolas Pinelli est «un passionné, un collectionneur de la première heure». Ce photographe de Montpellier suit Invader à la trace depuis une dizaine d'années. Jusqu'à la Générale, où l'artiste a posé lundi son millième alien parisien. Un lieu gigantesque, où les invasions urbaines d'Invader sont rassemblées en photos, puisque les vraies mosaïques sont dans la rue.

Du street art au Rubickubisme

L'artiste masqué en profite pour exposer les autres facettes d'une œuvre pop et accessible autour de son obsession du pixel. Ainsi du Rubikcubisme, auquel Invader s'adonne depuis peu : des pochettes de disques qu'il recompose à l'aide de centaines de Rubick's Cube, à la manière d'un peintre pointilliste. «C'est un hommage à des images iconiques, raconte l'artiste, mais aussi à la musique qui m'a bercé.» A la Générale, un juke-box passe ses disques en boucle.

Pratique

«Invader 1000». Gratuit. Jusqu'au 2 juillet, tlj de 12 h à 20 h 30 à la Générale,14, av. Parmentier, 11e. Età la Galerie Le Feuvre, 164, rue du Fbg-St-Honoré, 8e.www.galerielefeuvre.com.