Des embruns qui fouettent les âmes

BD Sortie d'un album posthume de Bernard Giraudeau, achevé quelques semaines avant son décès...

Olivier Mimran

— 

Avec Les Longues Traversées, les amateurs de récits de voyage ne resteront pas à quai.
Avec Les Longues Traversées, les amateurs de récits de voyage ne resteront pas à quai. — Christian Cailleaux

«Il savait tout faire, sauf dessiner. C'était un de ses grands regrets », confie Christian Cailleaux, qui a mis en images les deux seules bandes dessinées jamais écrites par le comédien-écrivain Bernard Giraudeau, disparu en juillet 2010.

L'homme qui prend l'amer
Après le succès de R97 (éd. Casterman, 2008), une adaptation de son roman Le Marin à l'ancre, l'acteur avait décidé d'écrire un « vrai » scénario de BD, totalement inédit. « Pas pour l'argent, précise Christian Cailleaux, il n'en voulait pas. Plutôt pour consolider l'amitié qui nous liait depuis quelques années. » Une amitié basée sur un même amour du voyage et de la rencontre avec « l'autre » car si Giraudeau, engagé à 16 ans dans la Marine nationale, fit deux fois le tour du monde, Cailleaux a lui-même sillonné l'Afrique, l'Inde, Madagascar, le Liban…

Leurs expériences communes ont ainsi donné vie à l'album Les Longues Traversées (éd. Dupuis), qui relate la rencontre entre Théo, un ancien marin qui aspire à devenir écrivain (le double de Giraudeau ?), et Diego, un matelot angolais qui végète sur le port de Lisbonne. Abîmés par la vie mais toujours animés par l'espoir, les deux hommes se racontent leurs souvenirs en rêvant d'amour et de nouveaux départs… Captivant bien que plutôt contemplatif, ce récit au ton parfois très littéraire déborde d'exaltation humaniste. Selon Christian Cailleaux, « c'est tout à fait à l'image de l'homme qu'était Bernard Giraudeau. »

Une édition numérotée

Dédicacé par Christian Cailleaux à son défunt amiet scénariste « Que la traversée lui soit douce », l'album est également disponible en édition limitée et numérotée, tirée à 777 exemplaires. Elle comprend un dessin inéditde Cailleaux, imprimé sur l'élégant papier Modiglianiet est vendue 30 € (au lieu de 16 €).