Une 4L à côtédes Ferrari

Stéphane Leblanc

— 

L'actrice se souvient des photographes qui lui criaient « Poussez-vous ! ».
L'actrice se souvient des photographes qui lui criaient « Poussez-vous ! ». — C. SCAVOLINI / LAPRESSE / SIPA

Elle ne figure pas en sélection officielle. Ni dans les sections parallèles. Et pas non plus dans le dernier film de Christophe Honoré, qui fera la clôture du festival avec la même équipe que celle des Chansons d'amour, dans lequel elle jouait. « Il m'a remplacée par une petite nouvelle : Catherine Deneuve. » Clotilde Hesme a de l'humour. A Cannes, elle a aussi la pêche.

Petites humiliations
« Le festival pour un acteur, c'est très fort et même parfois violent, assure-t-elle. On a parfois l'impression d'être une 4L à côté des Ferrari. Et personne n'est à l'abri de petites humiliations. » La première fois qu'elle a foulé le tapis rouge, elle se souvient « des photographes qui hurlaient Ludiviiiiine pour interpeller Ludivine Sagnier en agitant les bras pour que je me pousse ».
Eblouissante dans Mystères de Lisbonne de Raoul Ruiz (diffusé la semaine prochaine en mini-série sur Arte), la comédienne revient quand même sur la Croisette avec plaisir. Cette année, elle est là « sans pression », en marraine du festival Visions sociales. Une manifestation, organisée en marge du festival par la caisse centrale d'activités sociales d'EDF-GDF, qui permet au public de voir des films « gratuitement et sans avoir besoin de montrer un badge », insiste-t-elle. Ce qui, hors du Cinéma de la plage (lire encadré), reste un bon moyen d'éprouver librement sa cinéphilie. Le 21 mai, Clotilde Hesme présentera Angèle et Tony d'Alix Delaporte, au château d'Agecroft à Mandelieu-La-Napoule, à quelques enjambées de la Croisette.

Cinéma de la plage : les stars sous les étoiles

Se faire une toile à Cannes, les pieds dans l'eau, c'est possible… grâceau Cinéma de la plage. Chaque soir, un grand classique est projeté sur un écran géant sur la plage Macé : 100 000 dollars au soleil d'Henry Verneuil, Daas Boot de Wolfgang Petersen, E la nave va de Federico Fellini… Les films sont précédés d'interviews réalisées à Cannes dans les années 1950 et 1960 par François Chalais, qu'on retrouve dans un beau DVD édité par l'INA.