Moriarty a fait un beau voyage

FOLK Le groupe sort son deuxième album...

Benjamin Chapon et Stéphane Leblanc

— 

Moriarty, après trois ans de tournée.
Moriarty, après trois ans de tournée. — GEN MURAKOSHI

New Delhi, Adelaïde, Prague, New York… Tels des philanthropes naturalistes du XIXe siècle, les Moriarty ont couru le monde trois années durant avant de revenir au pays, les malles pleines de merveilles. The Missing Room, leur deuxième album, ne verse pas pour autant dans l'exotisme. «On a ramené des histoires, raconte Charles, joueur de Dobro. Ces chansons viennent de la route.»

Bus musical

Réputée pour écrire en communauté ses chansons folk, la tribu Moriarty est toujours aussi soudée, quatre ans après le phénoménal succès de leur premier album. «Les chansons viennent de nous tous au départ, explique Arthur, guitariste. Puis Rosemary les personnalise pour les chanter. C'est important pour elle de se les approprier.»

Plus sombre et électrique mais aussi plus aéré, cet album respire, chargé de mélodies amples et d'histoires abracadabrantes en anglais. «On ne conceptualise pas avant d'écrire une chanson, raconte Arthur. Elle peut partir d'un bruit qui nous a intéressés. Par exemple, une chanson est née du bruit des roues d'un bus en Allemagne… Chez Mercedes, les bus roulent en si bémol.»