Metz vit l'art en capitale

À Metz, Benjamin Chapon

— 

« l'art contemporain est devenu quelque chose d'important à Metz ». Installé en 2008 dans un sublime hôtel particulier du XIIe siècle, le Frac Lorraine était le dernier de France à ne pas avoir de lieu d'accueil du public. « Le public est fidèle, curieux et… fier de sa ville. Je ne suis messine que depuis deux ans et j'ai l'impression que c'est nouveau, ça. »

L'art en miroir
« Metz rattrape un peu son retard en matière culturelle, estime Matthieu Goeury. Ce jeune Messin d'origine, chargé de programmation au Centre Pompidou-Metz, avait quitté la ville pour étudier à Paris, puis travailler à Bruxelles et à Berlin. « Quand on a ouvert, le public local et les artistes sont venus à nous, très curieux et enthousiastes. J'ai habité cette ville pendant vingt ans, je croyais connaître ses habitants mais ils m'ont surpris. » En attendant une reconnaissance mondiale, certains Messins eux-mêmes redécouvrent leur ville par le prisme de l'art.Dans quinze jours, le Centre Pompidou-Metz fêtera son premier anniversaire, et atteindra son millionième visiteur avant l'été. Avec deux ans d'avance sur les prévisions… Cette affluence record fait de Metz la première destination de tourisme culturel en France, derrière Paris.

L'art futuriste
« On est fier de l'affluence mais on n'en fait pas une obsession, tempère Emmanuel Martinez, secrétaire général du musée. Nous sommes surtout heureux que 65 % des visiteurs viennent de Metz et la région. On ne voulait pas poser le Centre Pompidou comme une soucoupe volante au milieu de Metz. » Financé à hauteur de 45 millions d'euros par la ville, le musée d'art contemporain a pour vocation de servir ses ambitions. « Le Centre Pompidou nous a fait gagner dix ans en termes de notoriété, se réjouit Antoine Fonte, adjoint au maire chargé de la culture. Maintenant, nous avons un travail en profondeur à faire chez nos concitoyens parce que l'art, s'il n'est pas compris, peut aussi donner un sentiment d'exclusion, pour les publics défavorisés notamment. » Car les Messins n'ont pas fini d'entendre parler art et patrimoine. La mairie a déposé un dossier pour classer le centre-ville au Patrimoine mondial de l'Unesco. Et un comité milite pour que Metz devienne capitale européenne de la culture en… 2030.

L'art nouveau
Coordinatrice du fonds régional d'art contemporain (Frac), Eléonore Jacquiau-Chamska remarque qu'entre Nuit blanche (organisée à Metz depuis 2008) et l'ouverture du Centre Pompidou, « l'art contemporain est devenu quelque chose d'important à Metz ». Installé en 2008 dans un sublime hôtel particulier du XII