les deux facettesde wesley Stace

Karine Papillaud

— 

Aux Etats-Unis, Wesley Stace est surtout connu comme chanteur de folk.
Aux Etats-Unis, Wesley Stace est surtout connu comme chanteur de folk. — P. MATSAS / OPALE / FLAMMARION

L'art rend-il schizophrène ? A regarder la vie et l'œuvre de Wesley Stace, on pourrait le penser : connu sous le nom de John Wesley Harding, hommage à un album de Dylan, il est chanteur de folk aux Etats-Unis, où ses tournées font le plein. En France, encéphalogramme plat pour sa carrière de musicien : on le connaît sous le nom de Wesley Stace, son véritable patronyme, mais en qualité d'écrivain.

Une affaire façon « Cold Case »
Cet Irlandais passé outre-Atlantique en 1991 n'a que trois romans à son actif, mais il se fait remarquer par sa capacité à raconter de grandes histoires finement tissées, dans des époques et des genres complètement différents. Ce caméléon a déboulé version française en 2006 avec L'Infortunée, l'histoire d'un garçon adopté puis élevé comme une fille dans l'aristocratie victorienne. Ensuite, ce furent Les Garçons, une épopée familiale piégée de secrets endormis, dans le monde de la balle et de la ventriloquie. Le troisième, Charles Jessold meurtrier présumé (Flammarion), assied désormais Wesley Stace comme un écrivain anglophone attendu.
L'action se déroule dans la société anglaise des années 1920. Un compositeur est retrouvé mort auprès des corps de sa femme et de son amant supposé. La police conclut au suicide, mais l'histoire, racontée quelques années plus tard par un ami critique musical, s'avère beaucoup plus complexe.
Charles Jessold meurtrier présumé commence comme un roman policier, mais c'est une magnifique étude de mœurs où l'amour tient le premier rôle. La Merteuil des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos n'a qu'à bien se tenir : les gens bien sous tous rapports sont capables des actes les plus tortueux, au nom de l'innocence de la pureté.